Au nom d’Allah le Clément, le Miséricordieux, Louanges à Allah.

 

Al Khandaq

 

D’après Al-Bukhâri et Muslim et d’autres livres de tradition, Jâbir Ibn `Abdillâh - - a dit :

"Le jour du Fossé, pendant que nous creusions, nous rencontrâmes un rocher extrêmement dur. Alors, nous allâmes voir le Prophète - - et lui dîmes :

"Il y a un rocher qui entrave notre travail dans le fossé."

- J’y descends, dit-il. Puis, il se leva. Il avait une pierre serrée sur son ventre tant il avait faim, car nous n’avions pas mangé depuis trois jours. Le Prophète prit la massue et frappa un coup qui réduisit le rocher en miettes. (Le prophète était très fort.)

Alors, je pris la permission du Prophète pour rentrer chez moi.

J’allai voir mon épouse et lui dis:

"J’ai constaté que le Prophète a très faim. As-tu quelque chose à manger".

Elle me répondit :

"Nous avons de l’orge et une petite chèvre." Alors, j’ai égorgé la chèvre et ma femme a moulu l’orge et nous avons mis la viande dans le pot.

Puis, quand la pâte eut levé et que la viande fut presque cuite, je partis voir le Prophète et lui dit en aparté :

"Nous avons égorgé une bête et moulu un peu d’orge. Viens donc manger avec un ou deux hommes" - alors qu’en mon for intérieur, je souhaitais qu’il vienne tout seul à cause du peu de nourriture que nous avions. Mais, quand je lui décrivis ce que nous avions préparé, il me répondit :

"Tu as préparé beaucoup de nourriture. Dis à ta femme de ne pas toucher à la nourriture jusqu’à ce que j’arrive."

Puis, le Prophète - - annonça :

"Ô vous qui creusez, Jâbir a préparé à manger. Dépêchez-vous de venir manger !" Alors, les Mouhâjirins (les émigrés de la Mecque) se levèrent et les Ansârs se levèrent aussi.

Quand Jâbir rentra chez lui, il dit à sa femme :

"Pauvres de nous ! Le Prophète a invité à manger tous les Mouhâjirins et les Ansârs qui creusaient avec nous."

Elle lui demanda :

" Le Prophète t’a-t-il préalablement demandé ce que nous avons préparé."

Il répondit que oui.

Alors elle dit : "Allah et son Prophète savent bien ce qu’ils font. Nous lui avons dit ce que nous avions."

Le Prophète vint à la tête du groupe. L’épouse de Jâbir, Sohaylah Bint Mu`awwidh Al-Ansâriyyah, lui sortit la pâte sur laquelle il souffla et demanda [à Dieu] la bénédiction, puis il alla vers le pot de viande et de même, il souffla et procéda à la bénédiction. Ensuite, il dit à Jâbir : "Fais venir une boulangère pour faire cuire le pain avec ta femme."

Et, il dit à sa femme : "Servez du pot et laissez le sur le feu." Les gens, accompagnant le Prophète, étaient environ mille. Il les fit asseoir à table dix par dix. Et, je jure par Dieu qu’ils mangèrent à satiété et qu’à la fin, il resta de la nourriture. Notre pot, quant à lui, continuait à bouillir et déborder comme si de rien n’était et notre pâte alimentait la table sans tarir. "

--------------------------------------------

Autre miracle pendant cette bataille narré par Al-Barâ’ Ibn `Âzib :

"Pendant que nous creusions le Fossé, un rocher nous donna beaucoup de mal : aucune pioche ni massue ne l’entamait. Nous nous en sommes plaints au Prophète qui prit la pioche de Salmân Al-Fârissi et dit : "Au nom de Allah". Il frappa un premier coup qui arracha le tiers du rocher et une vive lumière en sortit.

Le Prophète s’exclama :

"Allâhou Akbar [c.-à-d. Allah est Grand], j’ai reçu les clés de la Mésopotamie ! Par Allah, je viens de voir ses palais rouges à l’instant et de cet endroit !" Puis, il frappa un deuxième coup qui en arracha un autre tiers et une vive lumière apparut dans la direction de la Perse.

Le Prophète dit :

"Allah est Grand, j’ai reçu les clés de la Perse ! Par Allah, je vois le palais blanc d’Al-Madâ’in [le nom donné par les Arabes à la capitale de la Perse] de cet endroit même ! Gabriel m’a dit que ma nation en sera victorieuse alors soyez heureux de cette bonne nouvelle !"

Puis, le Prophète frappa un troisième coup et dit :

"Au nom de Allah." : le reste du rocher se brisa et une lumière vive jaillit du côté du Yemen comme une torche au cœur de la nuit noire.

Le Prophète s’exclama :

"Allâhou Akbar, j’ai reçu les clés du Yemen. Par Allah, je vois d’ici les portes de Sanca." C’est alors que les Hypocrites se dirent entre eux comme nous le révèle Coran :

"Allah et son Prophète ne nous font que de fausses promesses" Par la suite, après la mort du Prophète , le compagnon Abû Horaïrah , voyant les armées musulmanes aller de victoire en victoire et de conquête en conquête disait :

"Conquérez toutes les villes que vous voulez, il n’y en a pas une dont on n’a pas donné les clés au Prophète.

--------------------------------------------

Pendant cette bataille le prophète invoqua son Seigneur de disloquer les rangs des ennemis :

"Seigneur ! Toi qui as révélé le livre ! Toi dont la comptabilité est si rapide! Mets en déroute les coalisés! Seigneur Mets les en fuite et ébranle les!" (Allahouma mounizila l kitab sari3a l hissabi ouhzoumal ahzab Allahouma ouhzoumhoum wa zalzilhoum)

Dieu envoya au prophète Bani ibn Masaoud qui venait d'embrasser l'islam, comme personne ne connaissait sa conversion, ce dernier partit chez les ennemis pour les mettre les uns contre les autres et disloquer leurs rangs.

Dieu envoya un vent glacial et violent qui força les ennemis à s'enfuir. A la nuit tombée, le prophète voulu savoir ce qui se passait chez les ennemis, il demanda qui voulait aller en observateur, mais personne ne répondit à cause du froid intense et de la tempête, aussi il désigna Houdhayfa ben al Yemen. Ce dernier parti voir l'ennemi, Dieu réchauffa Houdhayfa puisqu'il a dit qu'il se sentait alors comme dans un hammam, il vit Abou Soufian essayant de se réchauffer près d'un feu, ce dernier demanda ensuite à chacun de ses hommes de prendre la main de son voisin et de lui demander qui il est pour vérifier son identité. Houdhayfa ne sachant que faire pris rapidement la main de son voisin, lui posa la question : "Qui es-tu?" avant qu'il ne la lui pose, pour ne pas se faire repérer.

Du fait des circonstances, les ennemis décidèrent de partir. Houdhayfa rentra auprès du prophète à qui il raconta la fuite des ennemis, le prophète lui donna sa djellaba. Le lendemain le prophète constata que Dieu avait mis en déroute les ennemis et secouru son serviteur.

--------------------------------------------

Miracles lors d'autres batailles

§ Pendant la bataille d'Uhud, Qatada, un des compagnons du prophète, creva son oeil, le prophète le remis à sa place d'un geste simple et par la suite Qatada trouva que son oeil était meilleur qu'avant.

§ Pendant la bataille de Khaybar, Ali fut affecté par la chassie, le prophète souffla sur ses yeux et sa maladie disparue complètement.

§ Pendant la bataille de Badr, Ibn Hakam eut une fracture à la jambe que le prophète guéri en soufflant sur elle et par la suite il n'eut plus jamais mal à la jambe.

§ Pendant l'expédition d'hudhabiya, les fidèles se trouvèrent sans eau, assoiffé, le prophète avait un vase avec un peu d'eau pour faire ses ablutions. Certains vinrent lui parler de la situation, alors le prophète plongea ses mains dans le vase et l'eau se mit à sourdre de ses doigts à un point où 1500 hommes purent boire et faire leurs ablutions.

--------------------------------------------

Miracles en rapport avec la nourriture et la boisson

§ D’après Al-Bayhaqî, Ibn Sa`d et Ibn `Adiyy selon Sa`d, le serviteur d’Abû Bakr - , lors d’une campagne avec le Prophète - , ils étaient environ trois cents guerriers et décidèrent de camper à un endroit où ils ne trouvèrent pas d’eau. Or, ils avaient très soif. C’est alors qu’une chèvre leur vint et le Prophète - - la fit traire. Son lait étancha la soif des guerriers, puis le Prophète dit à son serviteur Rafi` : "Attache-la mais, entre nous, ça m’étonnerait que tu y arrives !" Alors, Rafi` l’attacha. Quand il revint, elle s’était détachée de sa corde et avait disparu. Il prévint le Prophète - - qui lui dit :"Rafi`, celui qui nous l’a amenée l’a récupérée."

§ D’après Muslim, d’après Jâbir Ibn `Abdillâh -, un bédouin vint voir le Prophète à la quête de nourriture. Le Prophète lui alloua une demi-cargaison d’orge. Il continua à en manger, lui sa femme et ses invités jusqu’au jour où il l’a jaugé. Il en informa le Prophète qui lui dit : "Si tu ne l’avais pas jaugé, vous auriez continué à en manger jusqu’à la fin de votre vie."

 

Bookmark and Share

Que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur le prophète Mohammad, celui qui a tenu sa promesse, le confident. Ô Allah nous ne savons que ce que Tu nous as appris, c’est Toi qui détiens la science. Ô Allah apprend nous ce qui nous apportera du bien et fais nous profiter du bien de ce que Tu nous as appris et augmente nos connaissances. Et embelli le bien à nos yeux et aide nous à le suivre. Et enlaidi le mal à nos yeux et aide nous à nous en détourner. Et mets nous parmi ceux qui écoutent la parole et suivent les meilleures d’entre elles. Et fais de nous tes bons adorateurs par Ta miséricorde.

Gloire à Toi Seigneur, que Tes louanges soient célébrées, j'atteste qu'il n'y a de divinité que Toi, j'implore Ton pardon et je reviens vers Toi repentante.

print