Au nom d’Allah le Clément, le Miséricordieux, Louanges à Allah.

 

II. Les niveaux du chirk

 

Le « chirk » s’est malheureusement répandu au sein de notre communauté et a pris des formes diverses: que ce soit de la tartufferie, autrement dit l’intention douteuse, le fait de prendre un autre législateur que Dieu, ou le fait de prononcer un certain type de paroles comme de dire que la législation islamique est dépassée, ou de renier l’obligation du voile, ou de renier un prophète, ou le miracle d’un prophète…

Le « chirk » à des degrés de gravité, on peut le diviser en deux grandes parties

A/ le « chirk akbar » ( Grand polythéisme visible) et

B/ le « chirk asghar » ( Grand polythéisme caché ).

Chacune de ces parties est également subdivisée en deux.

A/ Le « chirk akbar » :

A/ 1. Le« Chirk akbar zahir » ( Grand polythéisme visible) :

C’est associer et adorer autre que Dieu avec Dieu.

Exemple : Pharaon, Bouddha, Jésus, les anges, les djinns, les diables…

A/ 2. Et le « Chirk akbar khafi » ( Grand polythéisme caché ) :

C’est une grande forme d’association que les musulmans commettent, en général, sans savoir qu’elle est contraire à la loi divine. Cela s’est répandu chez certains musulmans, puis est devenu une habitude, c’est pourquoi ceux qui la pratiquent ne savent pas que c’est « Haram », illégal.

Il existe, par exemple, beaucoup de musulmans de nos jours qui s’adressent aux morts pour qu’ils les aident pensant que ces derniers sont capables de faire du bien ou du mal. Or, Allah dit à ce propos au verset 106 de la sourate Yunus :

« et n'invoque pas, en dehors d'Allah, ce qui ne peut te profiter ni te nuire. Et si tu le fais, tu seras alors du nombre des injustes. »

Mais, c’est également le cas lorsqu’une personne demande à une autre de lui permettre ou pas une chose, car seul Dieu peut rendre licite ou illicite.

C’est comme si la personne qui demande la permission adorait son interlocuteur quand bien même elle ne considère pas ce dernier comme un Dieu. C’est ce qui a été cité dans la leçon précédente à propos d’un chrétien nommé Addiyyou Ben Hatim qui a dit au prophète que les chrétiens n’adorent pas les prêtres. Alors le prophète, , lui a expliqué que quand les prêtres permettent l’interdit ou interdisent le licite, ils obéissent à leurs prêtres. C’est ainsi qu’ils les adorent, car si Allah a interdit une chose, en suivant celui qui la permet, ils désobéissent à Dieu et obéissent au prêtre, donc ce n’est plus Dieu qu’ils adorent. On peut également cité pour preuve les deux versets suivant :

« Ou bien auraient-ils des associés [à Allah] qui auraient établi pour eux des lois religieuses qu'Allah n'a jamais permises ? Or, si l'arrêt décisif n'avait pas été prononcé, il aurait été tranché entre eux. Les injustes auront certes un châtiment douloureux. »

Verset 21, la sourate de La Consultation.

« Et ne mangez pas de ce sur quoi le nom d'Allah n'a pas été prononcé, car ce serait (assurément) une perversité. Les diables inspirent à leurs alliés de disputer avec vous. Si vous leur obéissez, vous deviendrez certes des associateurs. »

Verset 121, la sourate Les Bestiaux. 

Or, dans ce verset, Dieu parle du cas de celui qui leur obéit et le considère comme un associateur, mais comment jugera t- Il celui qui se permet de rendre licite l’illicite ou illicite le licite!

La deuxième forme d’association ou « chirk » c’est [B/] le « chirk asghar » (ou petite association, ou encore petit polythéisme.) C’est une forme d’association qui est moins grave que la précédente, elle ne touche pas au « tawhid », elle n’est donc pas considérée comme de la mécréance, elle ne fait pas sortir de l’islam, mais elle blesse et irrite la foi et peut mener au « chirk akbar ». Et surtout, il ne faut pas se fier à son nom de petite association puisqu’il s’agit d’un grand péché ou « kabaïr » !

B/ Le « chirk asghar »

Il est également divisée en deux parties : « Chirk asghar zahir » et

« Chirk asghar khafi » .

B/ 1. Le « chirk asghar zahir » ou « petite association visible » :

Il peut apparaître sous la forme de paroles ou d’ actes :

a)  Par les paroles.

C’est le fait de jurer par un autre qu’Allah : jurer par le Qur'ân, le prophète, ses parents, son père, sa mère, la tête de ses enfants, la Mecque, la patrie, l’imam Ali…

Tout ceci est jurer par un autre qu’Allah.

D’après un Hadith cité dans Riad assalihin de Nawawi et rapporté par Ibn Omar, le prophète a dit : « wa man halafa bighayri llahi faqad kafar wa achrak » hadith hassan, (Celui qui jure par un autre que Dieu sera un infidèle, ou aura associé autre chose à Dieu)

Pourquoi ? Car jurer par un autre que Dieu, c’est donner une valeur à ce par quoi on jure, c’est donc une forme d’association, c’est comme gratifier ce par quoi on a juré au niveau d’Allah.

Ceci est encore plus clair dans certaines phrases prononcées par certains musulmans comme : « Si Dieu et toi n’avaient pas été là », ou « Que Dieu et le prophète soient avec toi », ou « Je m’en remet à Dieu et à toi »…

La personne qui écoute celui qui prononce ces phrases va croire que tel est un associé à Allah . Le problème se situe dans la conjonction de coordination « et » qui fait effet de balance et produit l’association.

Par la parole, il y a aussi prendre des noms et des surnoms qui comporte une idée illicite, comme se faire surnommer « Malik al amlak » ou « Abi l hakam » le père de la sagesse, il y a prendre des noms d’Allah comme le fait de s’appeler « Al Aziz », ou encore s’appeler « Abdel Nabi » ou « Abdel Kabba » l’adorateur du prophète ou l’adorateur de la Mecque. Dans ces cas, le mot ou l’expression contient du « chirk » même si on ne l’a pas voulu, car il faut le respect. On préférera nommer un homme : « Abdel Rahman », c’est-à-dire l’adorateur du Miséricordieux.

En arabe, le responsable de la famille s'appelle « rubb ul bayt».

b)  Par les actes.

Il s’agit par exemple d’accrocher des boucles d’oreilles, des pendentifs en pensant que ceux-ci vont avoir une relation avec Dieu pour être protégé et aidé.

B/ 2. Le « chirk asghar khafi » (petite association caché ).

C’est ce que l’on appelle la tartufferie, la mauvaise intention comme le fait de prier pour que ceux qui vous regardent disent que vous priez, ou lire le Qur'ân pour que ceux qui vous entendent disent de vous que vous récitez bien le Qur'ân…

C’est une maladie du cœur, dangereuse pour l’humilité, car dans l’islam on s’attache plus à ce qui nous pousse à faire une action qu’à l’action en elle-même, c’est pourquoi celui qui dit : «  Si j’étais riche, je donnerai de l’argent aux pauvres », Dieu le Lui inscrit comme si il l’avait fait.

Mais, si mentir et prétendre est mauvais entre êtres humains, qu’en est-il de mentir et de prétendre envers Dieu !

Et le prophète a dit qu’Allah divulguera la vérité au jour de la résurrection.

Et le prophète a également avertit les gens du « chirk asghar » en disant qu’il avait peur pour nous de ce « chirk » et on lui a demandé quel est ce type de « chirk » et il a répondu le « riah », la mauvaise intention ou tartufferie.

****

Il existe beaucoup de différences entre le « chirk akbar » et le « chirk asghar », mais les trois plus important sont :

***

Certains pensent que par rapport à la tartufferie la meilleure solution serait d’arrêter d’agir, mais c’est une erreur, car si l’intention est douteuse ou difficilement maîtrisable, qu’en est-il de celui qui reçoit l’argent de l’aumône, ou qui entend une leçon qui va lui profiter, et ce serait faire le bonheur du diable que de renoncer à agir (et donc ce serait obéir au diable) et à faire le bien et peut être de finir par ne plus rien faire sous prétexte de ne pas réussir à purifier complètement ses intentions. Il faut au contraire lutter et se remettre en question pour purifier ses intentions sans arrêter d’œuvrer, car ce serait priver la communauté des bonnes actions que nous pourrions lui faire profiter.

En conclusion,

Le musulman doit bien entendu s’éloigner de ces deux formes d’association, petite ou grande, et ne pas prendre la petite association à la légère.

Terminons avec ce Hadith  :

« Eloignez vous de la petit association, car elle fait moins de bruit que la marche d’une fourmi.

-Comment y fait-on attention puisqu’elle ne fait pas de bruit ?

-Vous dites :

« Dieu on te demande ton aide pour qu’on ne t’associe pas quelque chose en le sachant et on te demande pardon pour ce qu’on ne sait pas. »

Écriture phonétique pour la prononciation de cette invocation en arabe

Allahoumma inna na3ozou bika min an nouchrika bika chayï an na3 la mouhou  wa nastaghfirrouka lima la na3 lamouhou

 

Que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur le prophète Mohammad, celui qui a tenu sa promesse, le confident. Ô Allah nous ne savons que ce que Tu nous as appris, c’est Toi qui détiens la science. Ô Allah apprend nous ce qui nous apportera du bien et fais nous profiter du bien de ce que Tu nous as appris et augmente nos connaissances. Et embelli le bien à nos yeux et aide nous à le suivre. Et enlaidi le mal à nos yeux et aide nous à nous en détourner. Et mets nous parmi ceux qui écoutent la parole et suivent les meilleures d’entre elles. Et fais de nous tes bons adorateurs par Ta miséricorde.

Gloire à Toi Seigneur, que Tes louanges soient célébrées, j'atteste qu'il n'y a de divinité que Toi, j'implore Ton pardon et je reviens vers Toi repentante.

print