La célébration du Mawlid

Au nom d’Allah le Miséricordieux, le Tout Miséricordieux,

Le Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui – a dit : « Le pingre (l’avare) est celui qui, en entendant mon nom, ne prie pas sur moi.

Ce mois est celui de la célébration de la naissance du Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui – Rabî`al-awwal en arabe ربيع الأول, nom du troisième mois sur douze de l’année lunaire. Par jeu de mot Rabî`al-Anwar, le mois lumineux. Car c’est en ce mois qu’est né notre modèle.

Comment le célébrer et s’en réjouir ? Comment prier sur lui et quelle récompense pour nos invocations en sa faveur ?

Celui qui aime le Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui – doit en premier lieu le prendre en exemple dans sa vie de tous les jours, dans tous ses comportements avec sa famille ou ses voisins.

Un homme de confession chrétienne est venu voir son collègue musulman et lui a demandé pourquoi les musulmans disent que la Bénédiction et la Paix soient sur lui quand ils entendent le nom du prophète. Ce dernier s’est senti honteux et confus car il ne pouvait pas lui expliquer, il s’est rendu compte qu’il répétait des paroles sans en connaître la portée.

Dieu, le Très Haut, dit dans le coran, sourate 33, verset 56 : « Certes, Allah est Ses Anges prient sur le Prophète; Ô vous qui croyez priez sur lui et adressez [lui] vos salutations. »

C’est une miséricorde que Dieu a donné au Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui – afin de lui faire honneur.

La prière des anges est une demande de pardon à Dieu et celle des croyants une invocation en sa faveur pour élever son rang. Tout cela alors que le Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui – n’a aucun péché à son actif. Alors certains se demanderont s’il n’a pas de péchés, pourquoi prier sur lui ? C’est pour élever son degré auprès de Dieu. Et pour que le croyant reçoive également une récompense pour son acte conforme à l’ordre de Dieu.

Pour Ibn Kathir, ce verset signifie que Dieu a demandé la même chose aux anges dans les cieux qu’aux hommes sur terre. Et ainsi peu importe le ciel où l’on se trouve, on prie sur lui que la Bénédiction et la Paix soient sur lui.

Le Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui – a dit : « « Quiconque prie sur moi une fois, Dieu priera sur lui dix fois en retour. » Dieu décuple la valeur des actes du croyant et plus s’Il veut.

De nos jours, nous restons des heures devant notre téléphone et la télévision. Nous perdons un temps précieux où nous aurions pu prier sur le Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui.

Chacun se préoccupe de sa personne, de son commerce… Chacun se soucie de son égo, de sa famille, de ses problèmes au travail…Beaucoup de stress et d’angoisse envahissent les gens, la crainte de l’employeur, la peur du qu’en dira-t-on…

Allah le Très Haut dit dans Coran 124, verset 123 : ” …Et quiconque se détourne de Mon Rappel, mènera certes, une vie pleine de gêne, et le Jour de la Résurrection Nous l’amènerons aveugle au rassemblement.”

Les gens s’éloignent de la Sunna, des principes islamiques pour obtenir des biens éphémères.

Le Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui a dit : «  Quand l’honnêteté disparaîtra, attendez-vous à voir arriver l’Heure. »

La prière sur Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui – nous apaise.

Cependant cette prière ne doit pas être vide de sens. Il faut que le cœur et l’esprit soient présents, tout comme nos comportements doivent suivre sa tradition. Afin d’être cohérent entre nos paroles et nos actes.

Ainsi certaines personnes prétendent aimer le  Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui – mais elles délaissent la prière obligatoire, elles se rémunèrent avec l’usure, elles acceptent les pots de vin, elles ne travaillent pas correctement ou encore elles trompent leur conjoint.

Sahl ibn ‘Abdillah at-Toustouri a dit : « Le signe de l’amour de Dieu réside dans l’amour du Coran, et le signe de l’amour de Dieu et du Coran réside dans l’amour du Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui –, et le signe de l’amour du Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui – réside dans l’amour de la Sunna ».  L’amour de la Sunna est prouvé par l’amour de l’autre vie, et l’amour de l’autre vie est prouvé par le fait de ne pas s’attacher à la vie sur terre.

Le Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui – a dit : « Aimez Dieu pour les bienfaits dont Il vous comble, et aimez-moi pour l’amour que Dieu me porte ».

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui – a dit : « Sois dans cette vie comme un étranger ou un voyageur qui fait une halte et compte ta propre personne parmi les gens des tombes » et il m’a dit: « Ô Ibn ‘Omar ! Le matin ne réfléchis pas au soir et le soir ne réfléchis pas au matin. Et profite de ta santé avant ta maladie et de ta vie avant ta mort car certes tu ne sais pas ô ‘Abdallah où tu seras demain ». Rapporté par Al Bayhaqi

Dieu a révélé au Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui : « Dis : Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi, Allah vous aimera ».

`Abd-Ar-Rahmân ibn `Awf a dit: « Le Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui – sortit vers les palmiers, y entra, se tourna vers la Qibla et se prosterna longuement, puis se leva la tête de la prosternation et dit: « L’Archange Gabriel est venu m’annoncer la bonne nouvelle, en disant qu’Allah Exalté soit-Il dit: “Celui qui prie pour toi, Je prierai pour lui, celui qui t’adresse une salutation, Je lui adresserai une salutation”, c’est pour cela que je me suis prosterné par gratitude pour Allah”. Hadith rapporté par ‘Ahmad.

Au jour Dernier les œuvres seront exposées, les gens regretteront le temps passé à autre chose que l’adoration d’Allah.

Dans une Tradition rapportée par Ahmad et At-tirmidhî, Ubayy Ibn Ka’b demanda au Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui :
« Ô Messager d’Allah, je fais beaucoup de prières. Quelle proportion [de supplications] dois-je faire pour toi ? »
Le Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui – répondit:
« Ce que tu veux. »
Ubayy dit alors: « Le quart ? »
Le Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui – lui dit : « Ce que tu veux. Si tu fais plus, ce sera mieux pour toi. »
Ubayy dit alors: « La moitié ? »
Le Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui – répondit :
« Ce que tu veux. Si tu fais plus ce sera mieux pour toi. »
Ubayy dit alors : « Alors toute ma prière sera alors pour toi. »
Le Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui – lui dit :
« Si tu fais cela, alors tous tes tracas disparaîtront et tes péchés seront pardonnés.’ »

Dans un autre hadith : « Les gens qui se dispersent après une assemblée où ils n’ont pas mentionné Dieu le Très Haut ressemblent à ceux qui quittent le cadavre décomposé d’un âne ; cette assemblée leur sera une affliction au jour de la résurrection. » rapporté par Abou Daoud.

C’est pourquoi d’après Abou Houreira qu’Allah l’agrée, le Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui – a dit: « Celui qui s’assoit dans une assemblée dans laquelle il a dit beaucoup de paroles futiles et dit avant de se lever de cette assemblée : «  Gloire et louange à toi ô Allah, j’atteste qu’aucune autre divinité ne mérite d’être adorée en dehors de toi, je te demande pardon et me repens à toi- sans qu’Allah ne lui expie ce qu’il a dit dans cette assemblée »

Abou Bakr, que Dieu l’agrée, a dit : « La prière sur le Prophète, paix et bénédiction de Dieu sur lui, efface les péchés bien plus que l’eau froide n’éteint le feu. »

D’après Anas qu’Allah l’agrée, le Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui – a dit : « Celui qui prie une prière sur moi, Allah prie sur lui dix prières, il lui enlève pour cela dix péchés et il l’élève pour cela de dix degrés.»

Que Dieu fasse que nous soyons de ceux qui prient sur le prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui.

La prière en groupe ou jamâ’at

Au nom d’Allah le Clément, le Miséricordieux, Louanges à Allah.

La prière collective a été instituée après la hijra du prophète à Médine.

Définition

Littéralement jamâ’at  signifie congrégation, légalement c’est relier la prière du mamoum à celle de l’imam.

La prière collective ou jamâ’at est un acte fard kifaya pour les cinq prières obligatoires pour tout homme croyant résident d’une ville ( ≠voyageur). Cela signifie que si quelques croyants l’accomplissent, ils auront rempli cette obligation, mais que si personne ne l’accomplie toute la ville sera tenue fautive et aura commis un péché (اثم ). Par contre la prière du vendredi est fard ‘ayn.

Dieu dit :

Et lorsque tu (Muhammad) te trouves parmi eux, et que tu les diriges dans la Salat, qu’un groupe d’entre eux se mette debout en ta compagnie, en gardant leurs armes. Puis lorsqu’ils ont terminé la prosternation, qu’ils passent derrière vous et que vienne l’autre groupe, ceux qui n’ont pas encore célébré la Salat. A ceux-ci alors d’accomplir la Salat avec toi, prenant leurs précautions et leurs armes.”
Sourate Nissa, verset 102

Ce verset explique aux croyants comment effectuer la prière collective en cas de danger, il en est nécessairement de même en temps ordinaire.

Dans les hadiths, on trouve qu’Abou Darda a rapporté du prophète :

“Il n’est point trois personnes dans un village
ou une campagne (désert) qui négligent de faire la prière en commun que Satan ne subjugue.
Tâchez de vous rassembler (attachez vous à la prière en groupe).
Le loup ne s’attaque qu’à la brebis égarée.”
An Nisa’i, vol.2, p106.

Condition de validité

Le nombre minimal requis est de deux personnes: un imam et un mamoum.
Le rite doit être fait dans un lieu public pour une petite ville et dans plusieurs lieux publics pour les grandes villes. Si la prière en groupe se fait à la maison de manière privée cette condition n’aura pas été respectée. Cependant prier en groupe en dehors de la mosquée reçoit tout de même la récompense du hadith (multiplié par 27 fois) même si la prière à la mosquée est plus complète, comme cela a été expliqué par l’Imam Nawawi dans al-Rawda. Les pas que l’homme fait pour se rendre à la mosquée lui effacent des péchés et l’élèvent près de Dieu. Cf. Muslim.

Types de jamâ’ah

La prière collective est un acte sunna authentifié pour certaines prières sunnan telles que salat tarawih, et salat witr au ramadan, la prière des fêtes, des éclipses et celle pour la pluie.
La prière collective est aussi “sunna” pour ceux qui rattraperaient ensemble une même prière obligatoire. C’est ce qui arriva aux compagnons à la bataille de Khaibar où tous s’était endormis même le prophète, après avoir fait quelques déplacements avec leurs chameaux, ils rattrapèrent la prière puis le prophète leur dit :

« Quand l’un de vous oubli la prière qu’il prie aussitôt qu’il s’en rappelle, car Allah a dit : « Priez pour vous souvenir de Moi »
Muslim, Vol 1, livre des prières.

La prière collective est “sunna” pour les femmes qui ne sont pas séduisantes si leur mari le leur permet et il leur est recommandé de ne pas se vêtir de façon attrayante, ni de se parfumer lorsqu’elles se rendent à la prière en groupe. Le prophète a dit :

“N’empêcher pas les femmes d’aller dans les mosquées d’Allah mais sans qu’elles se parfument.”
Abu Dawud

Le fait de prier à la mosquée est plus demandé aux hommes qu’aux femmes pour lesquelles la prière à la maison en groupe est meilleure qu’à la mosquée, d’après un hadith rapporté par Abu Dawud. Pour ce qui est de la prière en groupe pour les femmes et de sa recommandation, la preuve se trouve dans le hadith d’Umm Waraqa qui dit que le prophète avait l’habitude de lui rendre visite chez elle… et qu’il lui a ordonné de diriger la prière pour les membres de sa famille (les membres féminins).

Enfin il est makruh qu’une femme séduisante se rende à la mosquée par crainte des tentations. Le parfum est considéré une tentation comme la beauté. C’est pourquoi Aïsha a dit que si le prophète avait vu ce que les femmes font maintenant ils leur auraient interdit l’accès à la mosquée comme les femmes juives en avaient été interdites. (Cf. Bukhari.)

La prière en groupe est une “sunna” pour les voyageurs.

Toute prière non obligatoire et dont la collectivité n’est pas demandée est meilleure faite à la maison.

Et donc il n’est pas “sunna” de prier en congrégation les prières sunnan(rawatib) ainsi que salat ad doha ou al witr (sauf au ramadan).

D’après un hadith rapporté par Abu Dawud plus le nombre de prieurs est important et plus cela est aimé de Dieu.
Il est donc préférable de choisir la mosquée où la congrégation est la plus grande, mais parfois il est permis de préférer une petite congrégation à une grande si l’imam est corrompu, c’est le sens du hadith rapporté par Jaber ben Abdullah :

“Une femme ne doit pas diriger une prière d’hommes, ni un bédouin un muhajir, ni un corrompu un croyant”
Ibn Maja vol.1

C’est la même règle qui s’applique pour un imam suivant le madhab Hanafi dirigeant un mamoum suivant le madhab Shafii.

De même si le fait de se rendre à la grande congrégation empêchera la petite de se dérouler, ou si le temps choisit pour y prier est meilleur que celui adopté dans la grande, alors il est préférable de joindre la petite congrégation.
Enfin s’il n’est possible de prier que derrière un imam “déplaisant“, cela reste cependant meilleur que de prier tout seul.

C’est pourquoi il a été rapporté par Abu Hurayra que la prière collective doit se faire que l’imam soit sincère ou pas et même s’il commet de graves péchés
(ex. l’adultère). Abu Dawud

Les mérités et l’utilité de la jamâ’at  

La fraternité et l’entraide contre le mal comptent parmi les plus importants principes de l’islam. Et pour les illustrer quelle meilleure référence que la mosquée, le lieu où se rassemblent cinq fois par jour les croyants pour y prier en congrégation. Si les croyants prennent soin de participer aux prières collectives, ces dernières déchireront les voiles et l’hostilité qui pourraient s’immiscer entre eux, elles expieront leurs péchés et leur donneront la joie. Celui qui est assidu aux prières collectives vivra et mourra dans le bonheur comme le Prophète l’a dit :

« …Celui qui est assidu à ses prières vivra dans le bonheur, mourra dans le bonheur, et le nombre de ses péchés sera équivalant au nombre de péchés le jour, où sa mère l’a accouché ».
(Rapporté par Ahmad et Tirmidhi et authentifié par Albany).

Il a été rapporté par Bukhary et Muslim que Dieu multiplie la récompense de ceux qui prient en commun, le Prophète a dit :

« La prière collective dépasse en mérite la prière individuelle de vingt-sept degrés. »

Le Prophète a dit aussi :

« La prière collective dépasse en mérite la prière individuelle de vingt-cinq degrés. »

La raison de cette récompense réside dans le fait qu’elle réunie les croyants cinq fois par jour en un même lieu où ils peuvent s’entraider en s’informant de leurs états et des événements de leur vie, ils s’y saluent et on y trouve souvent des rassemblements pour apprendre la religion et des gens qui y invoquent Dieu.

Comment gagner les mérites de la jamâ’at ?

Pour gagner la récompense de la jamâ’at , le mamoum doit entrer en prière avant le premier salam de l’imam (taslim), sinon sa prière sera considéré individuelle. (Sauf pour la prière du vendredi)
Un hadith rapporté par Abu Huraira dans Muslim nous indique que le mamoum ne doit pas traîner derrière et doit dire “Allahou akbar” après l’imam.

Excuses valables de manquer la congrégation à la mosquée
Il existe cependant certaines circonstances où le croyant peut être excusé de ne pas se rendre à la prière en congrégation. Le prophète a dit :

« Celui qui entend l’appel, et ne vient pas, sa prière n’est pas valable, sauf s’il a une excuse. »

Deux sortes d’excuses valables :

  • La première sorte est de type “publique” comme en cas de pluie, de tempête, de boue dans la rue.

On raconte ainsi qu’Ibn Omar aurait appelé à la prière lors d’une nuit froide où soufflait un vent violent, à la fin de l’appel il aurait dit : “Priez chez vous!”, c’est-à-dire dans vos maisons, puis il a ajouté que le prophète ordonnait à celui qui faisait l’appel à la prière d’ajouter cette phrase s’il pleuvait ou faisait très froid.
Muslim et Bukhari.

  • La deuxième excuse est dite “personnelle” comme la maladie, la faim, la soif extrême, la peur d’un tyran, en cas d’incontinences urinaires ou de gaz…

Bukhari et Muslim ont rapporté ce hadith :

“Si on a mis à dîner et la prière se fait annoncer commencer par le dîner, mais ne l’interrompez pas jusqu’à ce que vous finissiez de manger.”

« Point de Salat en présence de nourriture ou si les besoins naturels sont pressants.  »

« Si le repas est servi à l’heure de la Salat, commencez alors par le repas. »

Tous ces états peuvent constituer des excuses pour ne pas se rendre à la mosquée : après avoir mangé un plat qui donne des flatulences ou une mauvaise haleine à la bouche, si nos vêtements sont sales ou sentent mauvais,…

Jabir a rapporté du prophète :

” Celui qui mange de l’ail qu’il reste tout seul et qu’il reste loin de notre mosquée chez lui à la maison.”

 Les faits constituant une excuse à ne pas se rendre à la prière collective peuvent donc être :

Une pluie qui tremperait nos habits au cas où nous n’aurions rien pour nous en protéger;

Une maladie qui rend la prière difficile;

Prendre soin d’une personne malade qui n’a que nous;

Rester avec un proche qui est entrain de mourir;

Craindre pour sa vie, son honneur ou ses biens;

Rencontrer notre créditeur à la mosquée alors que nous ne pouvons pas le rembourser;

Etre pris de sommeil;

Devoir affronter un vent violent;

Sentir une faim ou une soif intense;

Devoir affronter un froid ou une chaleur intense;

Des routes boueuses;

Manger de l’ail ou de l’oignon, toute nourriture qui donne une mauvaise haleine.

A suivre in cha Allah

Que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur le prophète Mohammad, celui qui a tenu sa promesse, le confident. Ô Allah nous ne savons que ce que Tu nous as appris, c’est Toi qui détiens la science. Ô Allah apprend nous ce qui nous apportera du bien et fais nous profiter du bien de ce que Tu nous as appris et augmente nos connaissances. Et embelli le bien à nos yeux et aide nous à le suivre. Et enlaidi le mal à nos yeux et aide nous à nous en détourner. Et mets nous parmi ceux qui écoutent la parole et suivent les meilleures d’entre elles. Et fais de nous tes bons adorateurs par Ta miséricorde.

Gloire à Toi Seigneur, que Tes louanges soient célébrées, j’atteste qu’il n’y a de divinité que Toi, j’implore Ton pardon et je reviens vers Toi repentante.

Qui a construit l’Aqsa?

Première – DeuxièmeTroisièmeQuatrième partie

Qadi Cheik Jabal Libnan Mustapha Chahde

Radio du saint coran

Souleyman   a construit al Aqsa, elle avait été construite avec les plus belles pierres de marbre blanc comme le lait, de l’or, de l’argent et le meilleur bois. David, son père voulait la construire, mais Dieu a voulu que cela soit fait par son fils Souleyman. Alors que Bani israil avait désobéit à Dieu, Dieu leur proposa trois épreuves pour se faire pardonner: La faim, la guerre ou la peste pendant trois jours et David leur choisit la peste. Davidsavait que la terre où se trouve aujourd’hui la mosquée d’al Aqsa était bénie et il a emmené Bani israil là bas dans l’espoir d’une miséricorde. Et là-bas, ils ont prié Dieu et Davida invoqué son Seigneur. Le châtiment par la peste devait durer trois jours, mais Dieu le réduit, du fait de leurprosternation et de l’invocation du prophète David, de la prière de l’aube àcelle du couché. Des centaines de milliers de Bani israil mourrurent. Pour remercier Dieu d’avoir réduit la punition; David voulu construire une maison sur cette terre bénie,- c’est ainsi qu’on appelle la mosquée auparavant: Bayt Allah, la maison de Dieu. Mais Dieu voulu que ce soit Souleyman et non pas David qui l’a construisit, car il voulait que celui qui l’a construise n’est jamais tué ni fait la guerre. Ce qui n’est pas un constat négatif vis à vis de David puisque David avait obéit à Dieu en faisant la guerre. David fut tristre de ne pas pouvoir la construire. Mais Dieu le consola en lui disant que celui qui construirait la mosquée serait de sa descendance: son fils. C’est pourquoi se fut donc le fils de David, Soulayman,qui le fit d’où son nom : “oussalimouhou min al dima”

Le prophète a dit dans un Hadith qu’entre la construction de la Mecque et de l’Aqsa il y a 40, mais on ne sait pas de quoi il s’agit des jours, des mois… Ses fondations dateraient cependant d’avant le déluge de Noé. C’est à dire de la même manière qu’Ismaël a construit la maison sur ses fondations. C’est la même chose pour Souleyman.

Des ulémas ont dit que Masjid al Aqsa a été construit 40 ans après Masjid al Haram cela est prouvé dans le Hadith Sahih rapporté de Al-Bukhâri et de Muslim :

Abou Dhar a dit: “Comme je demandais à l’Envoyé d’Allâh  quelle était la première mosquée bâtie sur terre, il me répondit : “La Mosquée sacrée”. “Et ensuite ?”, continuai-je. “Ensuite, ce fut la mosquée Al-Aqsa”. “Et quel était l’intervalle du temps entre leurs constructions ?”, repris-je. “Quarante ans”, répliqua-t-il”. (Mouslim)

Voir Ibn Kathir fil bidaya wa nihaya chap. 12 page 325

Mais Dieu est le plus savant.

Lire la suite…