Tag Archives: chirk

Les degrés de gravité du “chirk”

Le « chirk » s’est malheureusement répandu au sein de notre communauté et a pris des formes diverses: que ce soit de la tartufferie, autrement dit l’intention douteuse, le fait de prendre un autre législateur que Dieu, ou le fait de prononcer un certain type de paroles comme de dire que la législation islamique est dépassée, ou de renier l’obligation du voile, ou de renier un prophète, ou le miracle d’un prophète…

Le « chirk » à des degrés de gravité, on peut le diviser en deux grandes parties

A/ le « chirk akbar » ( Grand polythéisme visible) et

B/ le « chirk asghar » ( Grand polythéisme caché ).

Chacune de ces parties est également subdivisée en deux.

A/ Le « chirk akbar » :

A/ 1. Le« Chirk akbar zahir » ( Grand polythéisme visible) :

C’est associer et adorer autre que Dieu avec Dieu.

Exemple : Pharaon, Bouddha, Jésus, les anges, les djinns, les diables…

A/ 2. Et le « Chirk akbar khafi » ( Grand polythéisme caché ) :

C’est une grande forme d’association que les musulmans commettent, en général, sans savoir qu’elle est contraire à la loi divine. Cela s’est répandu chez certains musulmans, puis est devenu une habitude, c’est pourquoi ceux qui la pratiquent ne savent pas que c’est « Haram », illégal.

Il existe, par exemple, beaucoup de musulmans de nos jours qui s’adressent aux morts pour qu’ils les aident pensant que ces derniers sont capables de faire du bien ou du mal. Or, Allah dit à ce propos au verset 106 de la sourate Yunus :

« et n’invoque pas, en dehors d’Allah, ce qui ne peut te profiter ni te nuire. Et si tu le fais, tu seras alors du nombre des injustes. »

Mais, c’est également le cas lorsqu’une personne demande à une autre de lui permettre ou pas une chose, car seul Dieu peut rendre licite ou illicite.

C’est comme si la personne qui demande la permission adorait son interlocuteur quand bien même elle ne considère pas ce dernier comme un Dieu. C’est ce qui a été cité dans la leçon précédente à propos d’un chrétien nommé Addiyyou Ben Hatim qui a dit au prophète que les chrétiens n’adorent pas les prêtres. Alors le prophète, , lui a expliqué que quand les prêtres permettent l’interdit ou interdisent le licite, ils obéissent à leurs prêtres. C’est ainsi qu’ils les adorent, car si Allah a interdit une chose, en suivant celui qui la permet, ils désobéissent à Dieu et obéissent au prêtre, donc ce n’est plus Dieu qu’ils adorent. On peut également cité pour preuve les deux versets suivant :

« Ou bien auraient-ils des associés [à Allah] qui auraient établi pour eux des lois religieuses qu’Allah n’a jamais permises ? Or, si l’arrêt décisif n’avait pas été prononcé, il aurait été tranché entre eux. Les injustes auront certes un châtiment douloureux. »

Verset 21, la sourate de La Consultation.

« Et ne mangez pas de ce sur quoi le nom d’Allah n’a pas été prononcé, car ce serait (assurément) une perversité. Les diables inspirent à leurs alliés de disputer avec vous. Si vous leur obéissez, vous deviendrez certes des associateurs. »

Verset 121, la sourate Les Bestiaux.

Or, dans ce verset, Dieu parle du cas de celui qui leur obéit et le considère comme un associateur, mais comment jugera t- Il celui qui se permet de rendre licite l’illicite ou illicite le licite!

La deuxième forme d’association ou « chirk » c’est [B/] le « chirk asghar » (ou petite association, ou encore petit polythéisme.) C’est une forme d’association qui est moins grave que la précédente, elle ne touche pas au « tawhid », elle n’est donc pas considérée comme de la mécréance, elle ne fait pas sortir de l’islam, mais elle blesse et irrite la foi et peut mener au « chirk akbar ». Et surtout, il ne faut pas se fier à son nom de petite association puisqu’il s’agit d’un grand péché ou « kabaïr » !

B/ Le « chirk asghar »

Il est également divisée en deux parties : « Chirk asghar zahir » et

« Chirk asghar khafi » .

B/ 1. Le « chirk asghar zahir » ou « petite association visible » :

Il peut apparaître sous la forme de paroles ou d’ actes :

a)  Par les paroles.

C’est le fait de jurer par un autre qu’Allah : jurer par le Qur’ân, le prophète, ses parents, son père, sa mère, la tête de ses enfants, la Mecque, la patrie, l’Imâm Ali…

Tout ceci est jurer par un autre qu’Allah.

D’après un Hadith cité dans Riad assalihin de Nawawi et rapporté par Ibn Omar, le prophète a dit : « wa man halafa bighayri llahi faqad kafar wa achrak » Hadith hassan, (Celui qui jure par un autre que Dieu sera un infidèle, ou aura associé autre chose à Dieu)

Pourquoi ? Car jurer par un autre que Dieu, c’est donner une valeur à ce par quoi on jure, c’est donc une forme d’association, c’est comme gratifier ce par quoi on a juré au niveau d’Allah.

Ceci est encore plus clair dans certaines phrases prononcées par certains musulmans comme : « Si Dieu et toi n’avaient pas été là », ou « Que Dieu et le prophète soient avec toi », ou « Je m’en remet à Dieu et à toi »…

La personne qui écoute celui qui prononce ces phrases va croire que tel est un associé à Allah . Le problème se situe dans la conjonction de coordination « et » qui fait effet de balance et produit l’association.

Par la parole, il y a aussi prendre des noms et des surnoms qui comporte une idée illicite, comme se faire surnommer « Malik al amlak » ou « Abi l hakam » le père de la sagesse, il y a prendre des noms d’Allah comme le fait de s’appeler « Al Aziz », ou encore s’appeler « Abdel Nabi » ou « Abdel Kabba » l’adorateur du prophète ou l’adorateur de la Mecque. Dans ces cas, le mot ou l’expression contient du « chirk » même si on ne l’a pas voulu, car il faut le respect. On préférera nommer un homme : « Abdel Rahman », c’est-à-dire l’adorateur du Miséricordieux.

En arabe, le responsable de la famille s’appelle « rubb ul bayt».

b)  Par les actes.

Il s’agit par exemple d’accrocher des boucles d’oreilles, des pendentifs en pensant que ceux-ci vont avoir une relation avec Dieu pour être protégé et aidé.

B/ 2. Le « chirk asghar khafi » (petite association caché ).

C’est ce que l’on appelle la tartufferie, la mauvaise intention comme le fait de prier pour que ceux qui vous regardent disent que vous priez, ou lire le Qur’ân pour que ceux qui vous entendent disent de vous que vous récitez bien le Qur’ân…

C’est une maladie du cœur, dangereuse pour l’humilité, car dans l’islam on s’attache plus à ce qui nous pousse à faire une action qu’à l’action en elle-même, c’est pourquoi celui qui dit : «  Si j’étais riche, je donnerai de l’argent aux pauvres », Dieu le Lui inscrit comme si il l’avait fait.

Mais, si mentir et prétendre est mauvais entre êtres humains, qu’en est-il de mentir et de prétendre envers Dieu !

Et le prophète a dit qu’Allah divulguera la vérité au jour de la résurrection.

Et le prophète a également avertit les gens du « chirk asghar » en disant qu’il avait peur pour nous de ce « chirk » et on lui a demandé quel est ce type de « chirk » et il a répondu le « riah », la mauvaise intention ou tartufferie.

****

Il existe beaucoup de différences entre le « chirk akbar » et le « chirk asghar », mais les trois plus important sont :

  • Le « chirk akbar » fait sortir de l’islam et pas le « chirk asghar ».
  • Le « chirk akbar » rend mauvais toutes nos actions, tandis que le « chirk asghar » rend mauvais seulement l’action faite par cette mauvaise intention.
  • Le « chirk akbar  » fait rentrer en enfer pour toujours (sauf si il y a repentance).
  • Le «  chirk asghar », si on rentre en enfer par sa faute, ce n’est pas pour toujours.

***

Certains pensent que par rapport à la tartufferie la meilleure solution serait d’arrêter d’agir, mais c’est une erreur, car si l’intention est douteuse ou difficilement maîtrisable, qu’en est-il de celui qui reçoit l’argent de l’aumône, ou qui entend une leçon qui va lui profiter, et ce serait faire le bonheur du diable que de renoncer à agir (et donc ce serait obéir au diable) et à faire le bien et peut être de finir par ne plus rien faire sous prétexte de ne pas réussir à purifier complètement ses intentions. Il faut au contraire lutter et se remettre en question pour purifier ses intentions sans arrêter d’œuvrer, car ce serait priver la communauté des bonnes actions que nous pourrions lui faire profiter.

En conclusion,

Le musulman doit bien entendu s’éloigner de ces deux formes d’association, petite ou grande, et ne pas prendre la petite association à la légère.

Terminons avec ce Hadith  :

« Eloignez vous de la petit association, car elle fait moins de bruit que la marche d’une fourmi.

-Comment y fait-on attention puisqu’elle ne fait pas de bruit ?

-Vous dites :

« Dieu on te demande ton aide pour qu’on ne t’associe pas quelque chose en le sachant et on te demande pardon pour ce qu’on ne sait pas. »

Écriture phonétique pour la prononciation de cette invocation en arabe

Allahoumma inna na3ozou bika min an nouchrika bika chayï an na3 la mouhou  wa nastaghfirrouka lima la na3 lamouhou

Les différents types d’association. (chirk)

Dans les articles précédents, nous avons vu ce que signifie croire en un Dieu unique, ainsi que  les bienfaits qui en découlent. Maintenant, nous allons voir tout ce qui ne respecte pas les principes de l’unicité de Dieu. Nous nous intéresserons aux différents types d’association, et à leurs conséquences. En d’autres mots, nous voulons définir si nous sortons de l’islam pour telle parole ou tel comportement et quel est le niveau du péché.

Introduction

Depuis les anciens temps, l’homme s’est égaré du monothéisme qui a été révélé par Dieu et par ses messagers en adorant plusieurs sortes de fausses divinités autres que Dieu.

        Exemples :

  • Le peuple de Noé :

Certains hommes de bien vivaient du temps de Noé : Ouada, Sawa’a, Yaghouth, Ya’ouq et Nasr. Lorsqu’ils sont morts, leur peuple a construit pour eux un lieu de visite. La première génération savait que ce n’était qu’un lieu de visite, ils étaient croyants, mais les générations suivantes prirent ces hommes morts en adoration.

  • Le peuple d’Abraham fabriquait des statues qu’ils adoraient.

  • Les anciens égyptiens adoraient l’ajel, le veau.

  • Les indous adorent la vache.

  • Les gens de Saba adoraient le soleil.

  • Les Sabéens adoraient les étoiles.

  • Les Tatars adoraient le feu.

  • Les anciens arabes les statues et les pierres.

  • Les chrétiens adorent Jésus, sa mère, les prêtres…

Ces différentes sortes d’associations s’appellent chirk en islam et ceux qui les pratiquent sont des mouchrikoun, (associateurs) car l’adoration doit être seulement pour Dieu. Le chirk est donc a l’opposé du monothéisme.

Définition du chirk :

C’est donner un partenaire à Dieu, que ce soit un partenaire physique, ou qualitatif, dans les actes et l’adoration :

-Le partenaire physique est de croire que quelqu’un ou quelque chose est comme Dieu.

-Qualitative est de croire qu’un être humain peut avoir des qualités semblables à celles d’Allah.

-actes: Croire qu’un être peut nous nourrir, nous protéger, avec des qualités comme celles de Dieu.

-Adorer ou vénérer un autre que Dieu.

L’islam a averti contre le chirk et en a rejeté toutes les formes :

1 Adorer les statues

“Voilà [ce qui doit être observé] et quiconque prend en haute considération les limites sacrées d’Allah cela lui sera meilleur auprès de Son Seigneur. Le bétail, sauf ce qu’on vous a cité, vous a été rendu licite. Abstenez-vous de la souillure des idoles et abstenez-vous des paroles mensongères.”

Sourate al hajj, verset 30

“Lorsqu’il dit à son père : “ô mon père, pourquoi adores-tu ce qui n’entend ni ne voit, et ne te profite en rien ?”

Sourate mariam, verset 43

2 Adorer les astres

Adorer le soleil, la lune, une planète.

“Votre Seigneur, c’est Allah, qui a créé les cieux et la terre en six jours, puis S’est établi “istawa” sur le Trône . Il couvre le jour de la nuit qui poursuit celui-ci sans arrêt. (Il a créé) le soleil, la lune et les étoiles, soumis à Son commandement. La création et le commandement n’appartiennent qu’à lui. Toute gloire à Allah, Seigneur de l’Univers !”

Sourate al Araf, verset 54

“Parmi Ses merveilles, sont la nuit et le jour, le soleil et la lune : ne vous prosternez ni devant le soleil, ni devant la lune, mais prosternez-vous devant Allah qui les a créés, si c’est Lui que vous adorez .”

Sourate fussilat, verset37

3 Adorer les anges et les djinns

“Et ils ont désigné des associés à Allah : les djinns, alors que c’est Lui qui les a créés. Et ils Lui ont inventé, dans leur ignorance. des fils et des filles, Gloire à Lui ! Il transcende tout ce qui lui attribuent.”

Sourate al anaam, verset 100

“Et un jour Il les rassemblera tous. Puis Il dira aux Anges : “Est-ce vous que ces gens-là adoraient ? ”.

Ils diront : “Gloire à Toi ! Tu es notre Allié en dehors d’eux. Ils adoraient plutôt les djinns, en qui la plupart d’entre eux croyaient.”

Sourate Sabam, verset 40 et 41

4 Adorer des prophètes

Adorer des prophètes comme pour les chrétiens qui croivent que Jésus est le fils de Dieu.

Comme c’est le cas chez les juifs avec le prophète Uzair.

“Les Juifs disent : “Uzayr est fils d’Allah” et les Chrétiens disent : “Le Christ est fils d’Allah”. Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu’Allah les anéantisse ! Comment s’écartent-ils (de la vérité) ?”

Sourate tawba, verset 30

“Ce sont, certes, des mécréants ceux qui disent : “En vérité, Allah c’est le Messie, fils de Marie.” Alors que le Messie a dit : “o enfants d’Israël, adorez Allah, mon Seigneur et votre Seigneur”. Quiconque associe à Allah (d’autres divinités) Allah lui interdit le Paradis; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs !”

Sourate al Maida, verset 72

5 Adoration des prêtres

Adorer des prêtres, car leur adoration peut se faire en les concidérant comme des juges. Ils ne peuvent pas, ils n’ont pas le pouvoir de nous pardonner nos péchés comme dans la confession chrétienne.

“Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Christ fils de Marie, comme Seigneurs en dehors d’Allah, alors qu’on ne leur a commandé que d’adorer un Dieu unique. Pas de divinité à part Lui ! Gloire à Lui ! Il est au-dessus de ce qu’ils [Lui] associent.”

Sourate tawba, verset 31

Dans un Hadith, un chrétien nommé Addiyyou Ben Hatim a dit au prophète qu’ils ne les adorent pas (les prêtres). Alors le prophète, , lui a expliqué que quand les prêtres permettent l’interdit ou interdisent le licite, ils obéissent à leurs prêtres.

C’est ainsi qu’ils les adorent, car si Allah a interdit une chose, en suivant celui qui la permet, ils désobéissent à Dieu et obéissent au prêtre, donc ce n’est plus Dieu qu’ils adorent.

6 L’adoration du taghout

En arabe ce mot vient de toughian qui signifie dépasser la limite.

“Nous avons envoyé dans chaque communauté un Messager, [pour leur dire]: “Adorez Allah et écartez-vous du Tagut” . Alors Allah en guida certains, mais il y en eut qui ont été destinés a l’égarement. Parcourez donc la terre, et regardez quelle fut la fin de ceux qui traitaient [Nos messagers] de menteurs.”

Sourate An-nahl, verset 36

Les pieux prédécesseurs ont donné plusieurs sens au mot taghout :

1.      Pour Omar, c’est le diable..

2.      Pour Jabir ibn A’yan, ce sont les prêtres qui se faisaient visiter par les diables.

3.      Malek a dit que c’est tout ce qui est adoré autre que Dieu

Si tu obéis à quelqu’un qui te dis de désobéir à Dieu, c’est comme si tu l’adorais.

Dieu a invité les gens dans sourate azzumar, verset 17 en leur disant que ceux qui ne font pas cela, seront récompensés:

“Et à ceux qui s’écartent des Tagut pour ne pas les adorer, tandis qu’ils reviennent à Allah, à eux la bonne nouvelle ! Annonce la bonne nouvelle à Mes serviteurs”

De même dans le verset 256 de la sourate al baqarah:

“Nulle contrainte en religion ! Car le bon chemin s’est distingué de l’égarement. Donc, quiconque mécroît au Rebelle(taghout) tandis qu’il croit en Allah saisit l’anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Allah est Audient et Omniscient.”

7 L’adoration de ce qu’on aime faire : les désirs. (Al hawa en arabe.)

Nos désirs peuvent nous pousser à désobéir à Allah

“Ne vois-tu pas celui qui a fait de sa passion sa divinité ?

Est-ce à toi d’être un garant pour lui ?”

Sourate furqane, verset 43

“Vois-tu celui qui prend sa passion pour sa propre divinité ? Et Allah l’égare sciemment et scelle son ouïe et son cœur et étend un voile sur sa vue. Qui donc peut le guider après Allah ? Ne vous rappelez-vous donc pas ?”

Sourate jathia, verset 23