Au nom d’Allah le Clément, le Miséricordieux, Louanges à Allah.

 

Islam et modération

 

Au Nom de Dieu, Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux
 
Louange à Dieu, Seigneur des mondes. Paix et salut sur notre Prophète bien-aimé. Les voies du bien, comme on le sait, sont nombreuses, mais il appartient au croyant d’être modéré de peur de tomber dans l’exagération ce qui pourrait, par la suite, le décourager ou le rendre dur envers lui-même et envers les autres. L’islam prône le juste milieu en toute chose ; la modération veut dire que l’homme se situe dans une position intermédiaire entre l’excès et la négligence, car cela nous est demandé dans toutes nos actions.

  Dieu Le Très Haut dit d’ailleurs :

  « Qui, lorsqu’ils dépensent, ne sont ni prodigues ni avares mais se tiennent au juste milieu »
Sourate 25, Al Fourquane (Le Discernement), verset 67

A nous donc d’être modérés dans l’obéissance et de ne pas charger nos âmes de ce qu’elles ne peuvent supporter.

Dieu Le Tout Puissant dit :

  « Nous n’avons point fait descendre sur toi Le Coran pour que tu sois malheureux »
Sourate 20

, Ta-Ha, verset 2

C’est-à-dire que Dieu n’a pas révélé le Coran au Prophète  pour qu’il soit malheureux mais afin d’obtenir le bonheur, le bien et la réussite ici-bas et dans l’au-delà ; comme Dieu le dit d’ailleurs dans la même sourate :

  « [...] Puis si jamais une direction vous vient de Ma part, quiconque suit Ma direction ne s’égare pas et n’est pas malheureux »
Sourate 20, Ta-Ha, verset 123

Ainsi, lorsque la communauté islamique, communauté du Coran, s’attachait à son Livre et suivait sa ligne de conduite, elle obtint la dignité, l’honneur et la prééminence sur les autres communautés. Mais lorsqu’elle abandonna la pratique du Coran, elle perdit l’honneur, la victoire et la dignité à mesure qu’elle délaissait la pratique du Coran.

Dieu Le Tout Miséricordieux dit :

«Dieu veut pour vous la facilité et Il ne veut pas pour vous la difficulté »
Sourate 2, Al Baquara (La Vache), verset 185

C’est-à-dire que Dieu Le Très Haut veut, dans ce qu’Il a légiféré pour nous, la facilité. Ce verset est descendu avec les versets sur le jeûne afin que personne ne s’imagine que Dieu, en imposant le jeûne, voudrait la difficulté et la peine. Ainsi, le voyageur et le malade ne sont pas obligés de jeûner, et rattrapent, plus tard, leurs jours manqués ; cela fait partie de la facilité.

L’excès

Aicha (Que Dieu soit satisfait d’elle) a rapporté que le Prophète  entra chez elle alors qu’elle était avec une femme. Il demanda :

"Qui est-elle ?" Elle répondit : "Une telle, connue pour ses prières." Il  dit : "Assez ! Vous devez agir en fonction de votre capacité, car par Dieu, Dieu ne se lasse pas tant que vous ne vous lassez pas (vous-mêmes). La pratique religieuse la plus aimée du Prophète  est celle que le fidèle faisait de façon constante."

(Boukhari-Mouslim)

Le Prophète  a ordonné à cette femme de cesser de prier beaucoup car cela est pénible pour elle et elle sera incapable, plus tard, de persister (dans cette adoration). Ensuite Le Messager  ordonna de pratiquer ce que nous pouvons supporter en disant : "Vous devez agir en fonction de votre capacité", c’est-à-dire ne vous imposez pas trop et ne vous surchargez pas car lorsque l’homme s’impose trop de choses, il se lasse progressivement, faiblit puis cesse. Aicha (Que Dieu soit satisfait d’elle) mentionna que la pratique la plus aimée du Prophète  était celle qui durait le plus, c’est-à-dire que l’action constante, même petite, était meilleure pour lui car l’acte, dans ce cas, est fait avec aisance, et lorsqu’il est laissé (pour cause de maladie par exemple), il est laissé alors que son auteur a envie de l’accomplir et non pas par ennui. Pour cela, le Prophète  a dit :

"Car par Dieu, Dieu ne se lasse pas tant que vous ne vous lassez pas (vous-mêmes)." C’est-à-dire que Dieu, qu’Il soit exalté, vous récompense en fonction de votre action tant que vous persistez à la faire.

Le Prophète  a dit trois fois :

"Les gens excessifs sont perdus !"(Mouslim)

"Les gens excessifs" sont les gens très rigides dans leurs affaires religieuses et terrestres, dans des situations ne réclamant pas le durcissement. "sont perdus", c’est-à-dire ils périssent et sont perdants ; d’ailleurs, on trouve dans un autre hadith :

"Ne soyez pas durs sinon Dieu se montrera sévère envers vous." (Abou Dawoud)

Ainsi, dans l’histoire de la vache, lorsque Moise (Paix sur lui) dit au Banou Israil :

  « Certes Dieu vous ordonne d’immoler une vache »
Sourate 2, Al Baquara (La Vache), verset 67

Cela afin de prendre un morceau de l’animal, d’en frapper la victime pour qu’elle vous renseigne sur son meurtrier. Les juifs lui répondirent : "Nous prends-tu en moquerie ?" c’est-à-dire, tu nous dis d’égorger une vache, d’en frapper la victime et ensuite elle nous dira qui l’a tuée ? S’ils s’étaient soumis et avaient accepté l’ordre de Dieu, et égorgé n’importe quelle vache, ils auraient atteints leur objectif mais ils s’obstinèrent et furent perdus. Ils dirent en effet :

  « Demande pour nous à ton Seigneur qu’Il nous précise ce qu’elle doit être »
Sourate 2, Al Baquara (La Vache), verset 68

Ensuite ils dirent :

«Demande pour nous à ton Seigneur qu’Il nous précise sa couleur »
Sourate 2, Al Baquara (La Vache), verset 69

Puis

« Demande pour nous à ton Seigneur qu’Il nous précise ce qu’elle est »
Sourate 2, Al Baquara (La Vache), verset 70

S’ils n’avaient pas exagéré avec leurs questions, n’importe quelle vache aurait fait l’affaire, mais comme ils ont été durs, Dieu le fut envers eux ; ainsi, ils n’ont trouvé la vache qu’après un long effort et ont payé l’animal très cher.

Il en est de même pour l’adoration. Ainsi, il arrive parfois qu’un malade a besoin de manger et de boire, et malgré cela, il jeûne quand même. On peut dire que le hadith "Les gens excessifs sont perdus" s’applique également à eux. Parfois il arrive que des gens exagèrent dans les questions sur la religion. Ils interrogent sur des choses que l’on ne peut expliquer et qui ne sont pas utiles. A titre d’exemple par rapport au hadith qui dit :

"Notre Seigneur descend dans le ciel le plus bas chaque nuit, quand il reste le dernier tiers (de la nuit)." (Boukhari-Mouslim)

Certains demandent : "Comment Dieu descend-Il ?" ou autres questions de ce genre, les personnes qui les posent, n’en sont pas récompensés ou louées mais sont au contraire plus près du péché et du blâme que de la justesse et de l’éloge. Ces questions concernent l’inconnu et ceux qui étaient meilleurs que nous, et plus avides de connaître Dieu par Ses Noms et Ses Attributs, ne les ont pas posées. On ne doit pas questionner ainsi et dire plutôt : "Nous avons entendu, nous obéissons, nous tenons pour vrai et nous croyons."

On trouve également certaines personnes qui exagèrent dans l’ablution qu’elles font deux, trois, quatre fois ou plus. Ibn ’Abbas (Que Dieu soit satisfait de lui) lui-même, lorsqu’il faisait l’ablution, ne mouillait pas la terre sous ses pieds, car il n’utilisait pas beaucoup d’eau. Certaines personnes exagèrent dans l’utilisation de l’eau alors Dieu se montre sévère envers elles. Si elles se laissent aller à ces suggestions du diable (wasswass), faire l’ablution quatre, cinq, six fois ou plus ne leur suffira plus, elles en arriveront à perdre le contrôle d’elles-mêmes. Cela est un piège du diable qui fait rentrer le doute sur la validité de l’ablution puis de la prière afin d’amener progressivement le croyant à l’exagération dans les ablutions et dans la prière, qu’il va refaire plusieurs fois, afin de l’amener tout doucement à détester la prière. Il est impératif dans ce cas de ne pas écouter ces suggestions et de fermer tout de suite la porte au diable sinon ce wasswass deviendra vite une obsession.

La facilité

Le Prophète  a dit :

"La pratique de la religion est facile. Toute personne qui cherche à la pratiquer avec puritanisme succombera devant elle. Soyez donc au juste milieu, rapprochez-vous (de la perfection en cas de défaillance) et réjouissez-vous. Sollicitez l’aide (des moments suivants) : le petit matin, le soir et une partie de la nuit." (Autrement dit les moments où l’on est en forme) (Boukhari)

Dans une autre version, on trouve :

"Soyez au juste milieu, rapprochez-vous (de la perfection en cas de défaillance), partez tôt le matin, voyagez le soir et durant la fin de la nuit et l’objectif, l’objectif vous atteindrez." (Boukhari)

Ceci est une métaphore et une comparaison dont le sens est : aidez-vous dans l’obéissance à Dieu Le Très Haut par des actions faites dans les moments où vous êtes en forme, où vos cœurs sont libres, de sorte que l’adoration vous sera agréable et non pas ennuyeuse et l’objectif sera atteint. Il en est ainsi du voyageur clairvoyant qui se déplace durant les moments (indiqués dans le deuxième hadith) et se repose, lui et sa monture, dans d’autres moments : il parvient alors à destination, sans fatigue et Dieu est plus Savant.

"La pratique de la religion est facile" : la religion, avec laquelle Dieu a envoyé Mouhammad , à laquelle les serviteurs se soumettent et avec laquelle ils adorent leur Seigneur, est facile, comme Dieu qu’Il soit exalté dit :

«Dieu veut pour vous la facilité et Il ne veut pas pour vous la difficulté »
Sourate 2, Al Baquara (La Vache), verset 185

Lorsque Le Très Haut mentionne l’ordre de l’ablution, de la grande ablution et de l’ablution à sec (tayammoum) et qu’il n’y a pas d’eau ou que la personne est malade, Il dit :

  « Dieu ne veut pas vous imposer quelque gêne »
Sourate 5, Al Ma’idah (La Table servie), verset 6

Si nous réfléchissons sur l’adoration quotidienne qu’est la prière, nous trouvons que les cinq prières sont facilitées, réparties en différents moments, précédées de la pureté : pureté du corps et du cœur.

Si nous pensons à la zakat (l’impôt légal), troisième pilier de l’islam, nous trouvons qu’elle est facile, tout d’abord parce qu’elle n’est pas obligatoire sur tous les biens (pas de zakat sur les affaires de la maison, la voiture, ce dont on se sert personnellement...). Ensuite, lorsque la zakat est obligatoire, elle est modique : le quart de dix ou un sur quarante. Le fait de payer la zakat ne diminue pas les biens, au contraire, cela les rend bénis, plus abondants et purs. D’ailleurs le Prophète  a dit :

"Une aumône ne diminue pas les biens." (Mouslim)

Le jeûne, quant à lui, ne dure pas toute l’année, ou six mois ou trois mais un mois sur douze, et avec cela, il est facilité lors du voyage ou de la maladie ; on a alors le droit de rompre le jeûne. Et au cas où quelqu’un ne peut pas jeûner durant toute sa vie, il lui suffit alors de nourrir un pauvre pour chaque jour non jeûnés.

Le pèlerinage est également facilité, Dieu Le Très Haut dit :

  « Les gens doivent, pour Dieu, faire le pèlerinage de la Maison, pour ceux qui le peuvent »
Sourate 3, Al ’Imran (La Famille d’Imran), verset 97

Celui qui ne peut pas, même s’il est riche, envoie quelqu’un pour faire le pèlerinage à sa place. Pour celui qui n’a pas l’argent et la santé, il n’est alors pas obligé de l’accomplir.

En résumé, la religion est une facilité, facilité présente à la base de la législation, présente également lorsque survient un évènement imposant la facilité. Ainsi le Prophète  a dit à ’Imran ibn Hassin (Que Dieu soit satisfait de lui) :

"Prie debout, si tu ne peux pas, prie assis et si tu ne peux pas alors prie sur le flanc." (Boukhari)

"Toute personne qui cherche à la pratiquer avec puritanisme succombera devant elle" :

Personne ne recherche l’intransigeance dans la religion sans être vaincu et battu, il va s’éreinter, se lasser, se fatiguer pour ensuite laisser (’action qu’il faisait).

  "Soyez au juste milieu, rapprochez-vous (de la perfection en cas de défaillance)" :

C’est-à-dire agissez avec droiture, en vue de réaliser l’action, si cela n’est pas possible alors approchez-vous en.

"et réjouissez-vous" : Lorsque vous agissez et réalisez complètement ou approximativement une action, réjouissez-vous de l’énorme récompense, du bien et de l’aide de Dieu Le Très Haut. Souvent, le Prophète  annonçait de bonnes nouvelles à ses compagnons, ce qui les rendait heureux. Pour cela, l’homme doit aspirer à rendre ses frères heureux, s’il le peut par la bonne nouvelle, la gaieté ou autre. Mais parfois, l’avertissement est préférable envers son frère musulman qui laisse une obligation ou commet une chose illicite. Il est alors dans son intérêt de l’avertir et l’intimider. L’homme doit utiliser la sagesse mais la bonne nouvelle doit l’emporter ; par exemple, si quelqu’un vient vous voir, et vous dit qu’il a exagéré et commit de grands péchés, et vous demande s’il a la possibilité de se repentir, il faut alors lui dire : "Oui, réjouis-toi, lorsque tu reviens à Dieu, Dieu te pardonne." Tu fais alors entrer le bonheur et l’espoir chez cette personne afin qu’elle ne désespère pas de la miséricorde de Dieu, Le Très Miséricordieux.

"Sollicitez l’aide (des moments suivants) le petit matin, le soir et une partie de la nuit" :

Aidez-vous des extrémités de la journée, à son début et à sa fin et une partie de la nuit.

"L’objectif, l’objectif vous atteindrez" : Il est probable que le Messager  ait voulu comparer le voyage moral à un voyage concret. Le voyageur, en effet, doit se déplacer au début et à la fin de la journée et une partie, car ce sont les meilleurs moments pour se déplacer (n’oublions pas que les voyages, à l’époque du Prophète  étaient effectués à dos de chameaux et dans le désert). Ces moments indiqués sont les moments du Tasbih (glorification de Dieu) comme Le Très Haut le dit :

  « Ô vous qui croyez ! Evoquez Dieu d’une façon abondante et glorifiez-Le à la pointe et au déclin du jour »
Sourate 33, Al Ahzab (Les Coalisés), versets 41-42

Il en est de même pour la nuit qui est le moment de la prière de la nuit.

Anas (Que Dieu soit satisfait de lui) a dit :

"Le Prophète  entra dans la mosquée, une corde était tendue entre deux colonnes. Il dit : "Qu’est-ce que cette corde ?" On lui répondit : "Cette corde est pour Zeinab, lorsqu’elle se fatigue (en priant), elle s’y accroche." Le Prophète  répondit : "Détachez-la, que chacun prie selon sa force et lorsqu’il se fatigue, qu’il dorme." (Boukhari-Mouslim)

Ce hadith nous montre que l’homme ne doit pas exagérer dans l’adoration, et qu’il ne doit pas imposer ce qu’elle ne peut supporter. Au contraire, qu’il prie tant qu’il est en forme, et lorsqu’il est fatigué, qu’il se repose et dorme ; car si quelqu’un prie, tout en étant fatigué, sa pensée se brouille, il éprouve du dégoût, se lasse et peut-être détestera-t-il l’adoration. Il se peut également qu’au lieu d’invoquer en sa faveur, il le fera contre lui, car il dort à moitié. C’est pourquoi le Prophète  nous a ordonné de prier selon notre force, et de dormir en cas de fatigue.

Le hadith parle de la prière, mais cela concerne aussi toutes les autres actions. N’impose pas à ton âme ce dont elle n’a pas la force, traite-la plutôt avec douceur et bienveillance et ne mets pas de la hâte dans les affaires, qui peut-être s’attardent en raison d’une sagesse voulue par Dieu Le Tout Puissant. Ne dis pas : "Moi je veux me fatiguer", attends plutôt et donne à ton âme son droit, ensuite, plus tard, si Dieu veut, tu obtiendras ce que tu désirais. Parfois, on trouve que certains étudiants lisent leurs cours, tout en étant somnolents. Ils se fatiguent et n’arrivent à rien car celui qui révise alors qu’il dort à moitié, ne profite de rien, même s’il croit le contraire. Pour cela, il vaut mieux qu’il ferme le livre, se repose et dorme et qu’il travaille lorsqu’il est dispos. Il en est de même pour le temps, ainsi, si quelqu’un est fatigué, après la prière de fajr (de l’aube) ou de l’asr (de l’après-midi) et qu’il veuille se reposer et dormir, il n’y a pas de péché à cela (même si ces moments ne sont pas conseillés pour le sommeil). Quand tu as envie de dormir, dors et lorsque tu es en forme travaille !

  « Quand tu es libre, lève-toi donc et à ton Seigneur aspire »
Sourate 94, Ach-Charh (L’ouverture), versets 7-8

Fais toutes tes affaires avec facilité, mais pour ce qui est des obligations que Dieu t’a imposées, elles doivent être accomplies dans le temps prescrit par Le Très Haut. Pour ce qui est des actes volontaires, le champ d’action est large, ne te fatigue donc pas trop !

L’équilibre

 Hanzala ibn Rab’i al Oussayidi (Que Dieu soit satisfait de lui), un des scribes du Messager de Dieu  a dit : "Abou Bakr (Que Dieu soit satisfait de lui) m’a rencontré et a dit :"Comment vas-tu Hanzala ?" Je répondis : "Hanzala est devenu un hypocrite !" Il dit : "Pureté à Dieu ! Que dis-tu ?" Je dis alors : "Lorsque nous sommes avec le Messager de Dieu , il nous rappelle le Paradis et l’Enfer, c’est comme si nous les voyions de nos propres yeux. Quand nous quittons le Messager de Dieu , nous nous occupons de nos épouses, de nos enfants et de nos moyens d’existence et (alors) nous oublions beaucoup." Abou Bakr (Que Dieu soit satisfait de lui) dit alors : "Par Dieu, il m’arrive la même chose." Nous partîmes, Abou Bakr et moi et entrèrent chez le Messager de Dieu  Je lui dis : "Ô Messager de Dieu, Hanzala est devenu un hypocrite !" Il dit alors : "Comment cela ?" Je répondis : "Ô Messager de Dieu, (lorsque) nous sommes avec toi, tu nous rappelle le Paradis et l’Enfer, comme si nous les voyions de nos yeux et lorsque nous te quittons, nous nous occupons de nos épouses, de nos enfants et de nos moyens d’existence et (alors) nous oublions beaucoup." Le Messager de Dieu  dit alors : "Par Celui Qui (tient) mon âme dans Sa Main, si vous restiez dans le même état dans lequel vous êtes avec moi, et dans l’invocation de Dieu, les anges vous serreraient la main (lorsque vous êtes) dans vos lits et sur vos chemins, mais ô Hanzala une heure et une (autre) heure (à chaque temps sa préoccupation), il répéta cela trois fois." (Mouslim)

Hanzala (Que Dieu soit satisfait de lui) a pensé qu’il était devenu un hypocrite, croyant que ce qu’il faisait était de l’hypocrisie.

"il nous rappelle le Paradis et l’Enfer comme si nous les voyions de nos propres yeux" : Cela est du à la force de la certitude, étant donné que c’est le Prophète  qui les informait de cela, c’est comme si cela était visible et même plus car c’est une information provenant de la créature la plus sincère  et qui connaît le mieux Dieu Le Très Haut.

"lorsque nous le quittons, nous nous occupons de nos épouses, de nos enfants et de nos moyens d’existence" : C’est-à-dire nous nous amusons avec eux et nous oublions comment nous étions avec le Prophète .

"Par Celui Qui ( tient ) mon âme dans Sa Main, si vous restiez dans le même état dans lequel vous êtes avec moi, et dans l’invocation de Dieu, les anges vous serreraient la main (lorsque vous êtes) dans vos lits et sur vos chemins" : En raison de la force de la certitude, ils vous serreraient la main, en votre honneur, et pour vous raffermir, car à mesure qu’augmente la certitude de l’adorateur, Dieu Le Tout Puissant le raffermit et le renforce ainsi qu’Il le dit :

  « Quant à ceux qui se mirent sur la bonne voie, Il les guida encore plus et leur inspira leur crainte de Lui »
Sourate 47, Mouhammad, verset 17

"Mais ô Hanzala une heure et une heure (en répétant cela trois fois)." : C’est-à-dire une heure pour le Seigneur, qu’Il soit exalté, une heure avec la famille et les enfants et une heure pour toi-même, afin que l’homme accorde à son âme du repos et qu’il donne aux ayant droits leurs droits.

Cela fait partie de l’équité et de la perfection de la loi islamique, que Dieu, qu’Il soit exalté, ait un droit et qu’on le Lui donne ; de même que pour l’âme, la famille, les visiteurs et les invités, ils ont des droits qu’on leur donne, afin que l’homme s’acquitte de tous ces droits, en vue (de trouver) le repos. Il adore Dieu avec paix, car s’il surcharge son âme, est dur avec elle, il se lasse, se fatigue et néglige alors beaucoup de droits.

Il en va de même pour les sciences. Lorsque quelqu’un cherche la science et trouve de l’ennui à lire un livre, qu’il en prenne un autre ; s’il s’ennuie dans l’étude d’un art quelconque, qu’il en étudie un autre, ainsi il repose son âme et obtient une large science (d’où l’importance fondamentale d’apprendre à se connaître afin de découvrir ce pour quoi nous sommes faits, car Dieu, dans Son infinie Sagesse, répartit les dons différents dans les personnes différentes, ce qui donne un équilibre au monde). Si on force son âme à quelque chose, on trouve de l’ennui et de la fatigue, on se lasse et on se détourne, sauf ce que Dieu veut ; car certaines personnes imposent à leur âme la révision, la lecture, la recherche, la fatigue étant présente, ensuite elles s’y engagent et cela devient une habitude pour elles ; et lorsqu’elles en sont privées, elles en sont gênées. Dieu donne Ses bienfaits à qui Il veut, Il est Détenteur de l’énorme grâce.

La religion est de pratique aisée, on ne doit donc pas être les premiers à la rendre dure et rigide. L’islam nous demande de rester dans le juste milieu dans toutes nos actions, et même dans l’adoration. Religion facile et d’équilibre, qui prend les gens tels qu’ils sont et non pas comment ils devraient être. Que Dieu Le Tout Puissant nous guide sur la voie du juste milieu et nous protège des excès Amine. Paix et Salut sur notre Prophète bien-aimé.

 Louange à Dieu, Seigneur des mondes

Source : Imane P. du site aslim-taslam.net

Références :
Commentaire des Jardins des vertueux de Nawawi, Mouhammad ibn Salih al Outhaimine
Le plus facile des tafsirs, Abou Bakr al Jazairi