Au nom d’Allah le Clément, le Miséricordieux, Louanges à Allah.

 

Le récit de la mort d'Hussein

Première Partie

Les leçons à tirer

Le but de cet article est avant tout d’informer les musulmans sur ces faits historiques et d’en tirer les enseignements importants comme l’amour de la famille du prophète et de ses compagnons, qu'Allah les agrée tous. 

Il faut savoir également que lorsqu’on parle d’Hadith, paroles-faits et gestes du prophète, il est possible d’en faire une étude détaillée, mais en ce qui concerne les livres qui racontent ces faits, il n’y a pas de récits qui soit incontestablement fidèle à ses évènements, car certains récits sur ce sujet ont été écrits pour faire plaisir à tel ou telle personne, seul Allah sait ce qui c’est vraiment passé.  

Il faut savoir que la mort en martyr est une miséricorde d’Allah, bien que la scène semble terrible.  

En effet, il y a deux sortes de martyrs : 

- Il y a celui qui n’avait pas fait tous ces devoirs envers Allah, pour celui là, mourir en martyrs, lui pardonne tous ses péchés, sauf les dettes. Donc, tous les musulmans tués injustement sont des martyrs et par ce moyen, Allah leur pardonne leur péché. 

-La deuxième sorte de martyrs sont les gens saints, les prophètes et les compagnons des prophètes, pour ceux là, être martyr permet de les relever d’un degré au paradis, et d’après le Hadith, bien que nous imaginons avec horreur qu’elle pu être leur souffrance, d’après un Hadith, le martyr ne sent que comme la piqûre d’une abeille, par la miséricorde d’Allah sur lui.

Donc, ici, cette mort n’est faite que pour les élever en rang. Et Allah est le plus savant. On sait d’après un autre Hadith, que le Hassan et le Hussein par exemple sont des sayyid au paradis. 

Et il est intéressant de souligner que le prophète, , est mort martyr puisqu’avant de mourir, il aurait dit: « Je sens encore la douleur à cause de ce que j ‘avais mangé à Khaibar. » Il avait mangé une nourriture empoisonnée chez ceux de Khaibar, or cela faisait cinq ans qu’il avait mangé chez eux. Et le jour où le prophète, , avait mangé chez eux, il y avait un Ansar et Abu bakr, le Ansar est mort tout de suite, puis on dit qu’Allah a canalisé le pouvoir empoisonnant pendant cinq ans, puis le prophète en est mort, quand Allah l’a voulu ; et c’est la même chose pour Abû Bakr qui serait mort lui aussi empoisonné.

Quand à Hassan, il ne faisait pas parti de ce repas, mais il est mort lui aussi empoisonné.

Et tout ceci pour vous montrer qu'en mourrant martyrs, Allah les a élevés à des rangs supérieurs. 

Ceux qui ont participé à la mort de Hussein sont tous morts, et dans une histoire, on raconte que l’un d’entre eux, était chez lui quand il a dit que le prophète, , avait dit que celui qui tu, seras tué. Et il se plaisait à dire que lui n’avait rien eu, au même moment, il voulu raviver la flamme de sa lampe à huile, mais une goutte d’huile tomba sur lui et il s’enflamma entier et mourut. 

Leur cas à eux est également auprès d’Allah et Allah peut tout pardonner sauf de ne pas croire en lui. Au jour de la résurrection, ceux qui se plaignent viendront prendre leur du. Et on raconte qu’un homme dira à Allah que tel personne lui doit des choses, alors Allah lui dira de prendre de sa balance, alors l’autre dira à Allah, mais il ne va plus m’en rester si il me les prend, alors Allah dira à celui qui veut prendre : « Tu vois ce château là- bas fait de perle ? » Alors il dira : « Oui, à qui est-il, à un martyr ? Un saint ? Un prophète ? »

Alors Allah lui dira : « Il est à toi si tu pardonnes à ton frère. » Alors il dira : « Soyez témoins que je lui pardonnes ». Et Allah dira : « Prends la main de ton frère et rentrez au paradis… ».

Dans ces paroles pleines d’espoir surgissent un océan de miséricorde, celle du maître de l’univers qui pardonne à qui Il veut. 

Les seuls descendants du prophète, , sont les descendants du Hassan et du Hussein et pour les véritables descendants du prophète, , le musulman doit le respect et même leur donner des cadeaux, car la Zakât leur est interdite.

De même, par respect et par amour pour le prophète, , nous devons également respect et amour pour ses compagnons, comme les Ansârs ce qui a été souligné dans un Hadith. 

Enfin, pour la coïncidence avec Achoura, il faut savoir que ce jour était jeûné et fêté par les arabes avant l’islam, mais ils ne savaient pas son origine, puis un jour donc le prophète, , l’a su et ce jour de jeûne est devenu fard pour les musulmans, jusqu'à ce qu'Allah nous demande de jeûner Ramadhan alors achoura est devenu un jour de jeûne Sunna.  

Après quelques années, on a prétendu que Mouhammad jeûne achoura comme les juifs et les chrétiens, alors le prophète, a dit : « Si je vis jusqu'à l’année prochaine, je jeûnerai le neuvième. » Les savants ont compris de cette parole que c’est pour se différencier des autres religions que nous devons le faire. Certains ont alors dit de jeûner le 9 et le 10, d’autres le 10 et le 11 et même certains ont dit de jeûner 9, 10 et 11. Mais, d’après un ijtihad puisque les juifs ne jeûnent plus ce jour, on peut se limiter à jeûner Achoura.

Le but étant de se différencier des autres religions.

De même, lorsque le prophète, , parti à Médine, il trouva les musulmans entrain de fêter les fêtes des autres religions, ils leur ordonna de ne plus le faire et de se limiter aux deux fêtes du Ramadhan et du pèlerinage.  

Enfin, le jour d’achoura, ou 10 eme jour de muharram, est un jour béni et c’est pourquoi en ce jour, on fait des provisions de riz ou autres aliments pendant ce jour. On prépare un repas spécial pour ce jour. D’après un Hadith donc, il faut faire ce repas à cause de la bénédiction de ce jour pour l’année. Mais, ce repas n’a bien sur rien à voir avec la mort du hussein.  

Résumer sur les faits entourant l’histoire d’Hussein. 

Louanges à Allah Seigneur de l’univers, nous Le louons, nous implorons Son aide et nous demandons Son pardon. Et nous cherchons refuge auprès de Lui contre les mauvaises choses et nos mauvais actes. Celui qu’ Allah guide rien ne pourra l’égarer et celui qu'Allah égare rien ne pourra le guider.

Mais après …

On va parler de achoura et de la position de ahl al Sunna wal jama’ à l’égard des compagnons en général et de la famille du prophète, , plus particulièrement et de l’évènement dramatique qui a coûté la vie à Hussein. 

Avant de commencer, il est nécessaire de s’arrêter sur des principes et des lois islamiques citées dans le saint Qur'an et la Sunna purifiée. 

1-Premier principe. 

L’équitabilité de tous les compagnons comme il a été dit dans le saint Qur'an ; sourate tawba , verset 100 « Les précurseurs les tout premiers; les émigrés (Mouhajirin) et les partisans (Ansârs) et aussi ceux qui les suivent du bel agir ; Allah est d’eux satisfait… », Sourate fath, verset 29, et il y a pleins d’autres versets où Allah parle en bien des compagnons du prophète, , pour leur fidélité à la religion et au prophète ; et leur application à sa Sunna et au jihad. 

C’est pour cela que le prophète a interdit l’attaque à ses compagnons quand il a dit : « N’insultez pas mes compagnons, n’insulter pas mes compagnons par celui qui tient l’âme de Mouhammad dans sa main si l’un de vous distribue comme la montagne d’Ohod en or, vous ne serez pas au même niveau d’un d’entre eux ou même à leur moitié »  

Les compagnons se caractérisent par rapport aux musulmans par leur fidélité à Allah et par leur endurance au coté du prophète, , dans les difficultés du chemin de la dawa’.  

Un autre Hadith rapporté par at-tirmidhi et corrigé par Hayyan : 

« Allah ! Allah ! Pour mes compagnons et ne les prenez pas comme cible. Celui qui les aime, les aime parce qu’il m’aime et celui qui les déteste, c’est parce qu’il ne m’aime pas. »

(« Allah Allah » signifie craignez Allah et le prophète, , insiste sur la crainte d’Allah en parlant de ses compagnons et sur la nécessité d’éviter de les injurier : parce qu’en disant du mal des compagnons, il commet un péché qui ne doit pas être commis par des musulmans.) 

Al-Bukhâri et Mouslim ont rapporté que le prophète ; , a dit : 

« Les meilleurs des gens sont ma génération, puis celle qui la suit et la suivante. »

C'est-à-dire les trois premières générations. 

Les compagnons s’aimaient et se respectaient les uns les autres, même quand ils avaient des opinions différentes que ce soit dans le figh et la politique. 

Il a été rapporté que Mouhammad fils de Ali, surnommé Mouhammad ibn al hanafiya, a été questionné pour savoir qui est le meilleur de cette oumma musulmane et il a répondu : Abû Bakr, et ensuite ? Il a dit :’Omar et ensuite ? Il a dit : ‘Osman. 

Et, Ali après la mort de Abû Bakr épousa sa femme Asma Bent Omayss. Alors si Ali portait de la haine a Abû Bakr, il aurait porté sa haine à la famille d’Abû Bakr, et les compagnons n’avaient pas de haine l’un envers l’autre.  

Il a été aussi rapporté que Abû Bakr a prié la prière du asr et est sorti se promener avec ‘Ali et soudain, ils rencontrèrent al Hussein qui jouait alors Abû Bakr l’a porté et il a dit a ‘Ali : « Hussein ressemble au prophète et pas a ‘Ali», alors Ali a rigolé.  

De plus, Ali a marié sa fille, oum koulthoum, à Omar.

Hassan avait beaucoup de garçons dont un appelé Talaha, et un autre nommé Abû Bakr.

Et Zein al ‘abidine, fils d’al Hussein fils de ‘Ali avait un fils qui s’appelait Abû Bakr

Pour finir, Ali avait dix sept garçons et dix neuf filles et parmi ses garçons, on trouve Abû Bakr, Omar et Osman.   

Ce qui prouve l’amour et le respect qu’ils avaient pour eux. 

Les compagnons s’aimaient entre eux et même si ils différaient entre eux dans les opinions, ils ont tous été d’accord sur l’obéissance à Allah et ils se sont soutenus mutuellement. 

L’Imâm Abû Zar’a, un des compagnons de l’Imâm Ahmad, a dit : 

« Si tu entends quelqu’un dire du mal des compagnons, c’est qu’il est mécréant (zindiq) ». 

Le respect et l’amour des compagnons doit être le point commun de tous les musulmans puisqu’ils ont été éduqués par le prophète .

Et douter de leur intégrité, c’est douter du pouvoir éducatif du prophète et surtout cela provoque une déception pour les musulmans, puisque si le prophète, , avec sa fidélité et ses sacrifices pour Allah et pour l’islam, n’a pas su éduquer sa propre génération, alors qui donc après lui pourra le faire.

Donc, douter des compagnons désespère les musulmans. En effet, que reste t-il si eux n’étaient pas bien. Et le contraire est juste, aimer les compagnons et les considérer les meilleurs des musulmans donne espoir à chaque musulman et l’énergie qui maintient l’espoir dans l’islam.

Ceci a été annoncé dans un Hadith Sahih :

 « Allah enverra tous les cents ans quelqu’un pour faire revivre sa religion. » 

Nous devons aux compagnons tout le respect, l’amour et les sentiments distingués. Sachant que les compagnons ne sont pas tous au même niveau puisqu’il y a, en premier lieu, les dix du paradis et les quatre califes. Et les quatre califes sont les meilleurs des compagnons. Puis, il y a les gens de bayyat al radwane , ils étaient mille quatre cent compagnons et le prophète leur a dit personne d’entre vous n’entrera en enfer.  Cet évènement eut lieu sous l’arbre, ces compagnons ont prêté serment de mourir pour Allah quand la rumeur de la mort de Osman a été annoncée –le prophète l’avait envoyé a Quraysh’- et donc le prophète leur a dit : 

« Aucun des gens de l’arbre n’entrera au feu. »

 2-deuxième principe

L’équitabilité des sahabas ne veut pas dire qu’ils soient infaillibles, seuls les prophètes le sont, mais plutôt des hommes intègres, honnêtes, fidèles, prêts aux sacrifices, mais qui ne sont pas infaillibles des erreurs et des petits péchés, ce qui veut dire que n’importe quel des compagnons peut avoir raison ou tord, mais en général, leurs bons actes sont bien plus que leurs petites erreurs, ce qui les distingue du reste des autres générations de musulmans. Leur amour d’Allah leurs pardonne aussi leurs erreurs. 

3-troisième principe

L’étude de l’histoire des compagnons n’est pas faite pour allumer la haine dans le cœur des gens, ni pour renouveler les malheurs et la tristesse. Puisque le deuil est interdit plus que trois jours, mais plutôt il est fait pour tirer des leçons et sortir de nos douleurs. Le prophète avait dit que tout cela n’est pas de l’islam en disant : 

« N’est pas de nous celui qui se frappe les joues, se déchire les habits, et qui fait les actes de la jahiliya. »

Puisque ce n’est pas une bonne conduite pour un musulman qui doit accepter le destin d’Allah et laisser sa confiance et son destin entre les mains d’Allah. 

Dans un autre Hadith, le prophète a mis en garde les femmes en disant : 

« Je ne suis pas (avec trois): as- saliqa (celle qui crie, hurle), al haliqa (celle qui coupe ses cheveux par tristesse) et ach- chaqqa (celle qui déchire ses habits) ». 

Le prophète a voulu que les musulmans limitent leur peine à trois jours puisque la mort est entre les mains d’Allah. Comme Dieu le dit sourate 2 verset 134 :

« Cette communauté là est révolue. A elle ses acquis à vous les vôtres. Vous n’avez pas à répondre de leurs actes » et 141.

Refaire un jour de deuil le 40 em jour n’est pas de l’islam non plus.

Que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur le prophète Mohammad, celui qui a tenu sa promesse, le confident. Ô Allah nous ne savons que ce que Tu nous as appris, c’est Toi qui détiens la science. Ô Allah apprend nous ce qui nous apportera du bien et fais nous profiter du bien de ce que Tu nous as appris et augmente nos connaissances. Et embelli le bien à nos yeux et aide nous à le suivre. Et enlaidi le mal à nos yeux et aide nous à nous en détourner. Et mets nous parmi ceux qui écoutent la parole et suivent les meilleures d’entre elles. Et fais de nous tes bons adorateurs par Ta miséricorde.

Gloire à Toi Seigneur, que Tes louanges soient célébrées, j'atteste qu'il n'y a de divinité que Toi, j'implore Ton pardon et je reviens vers Toi repentante.

print