Au nom d’Allah le Clément, le Miséricordieux, Louanges à Allah.

 

Plâtres et bandages

 

Premiere partie

Quelle est la différence entre les plâtres/ bandages et les turbans/ voiles? Peut-on faire le Massah (passer la main humidifiée) sur le bandage comme sur le turban ? Puisque les deux sont en tissus et cachent une partie du membre qu’il est « fard » de laver dans le Woudou’. Pourquoi ne sont-ils pas traités ensemble ?

Car le bandage est différent, on peut faire le Massah sur lui pour le « Hadath akbar et asghar ». En effet, un homme ayant une fracture mettra un bandage qu’il aura besoin de garder un certain temps d’où la permission du Massah. Ce qui est différent du Massah effectué sur les voiles et les turbans puisqu’on peut les enlever quand on veut, ils n’ont pas de raisons particulières comme la maladie, il s’agit d’une permission naturelle. Et c’est pour cela qu’ils ont été séparés des bandages et des plâtres.

 

La preuve de la permission du Massah

Il s’agit du Hadith suivant :

Abou Daoud a rapporté que Jâbir Ibn `Abdillâha dit :

« On est sorti en voyage et un homme a été touché par un caillou qui l’a blessé à la tête, puis il a perdu sa pureté (il est devenu Junub), alors il a demandé à ses compagnons si il avait une excuse pour faire le Tayammoum, alors ils lui ont dit : « Non puisque tu peux te laver (tu as de l'eau)  » Alors il s’est lavé et il est mort. Une fois rentré auprès du prophète, , on lui a raconté ce qui est arrivé et il a dit : « Ils l’ont tué qu’Allah les tue. Ne pouvaient-ils pas demander quand ils ne savent pas, le remède de l’hésitation est la question, le remède de l’ignorance: il lui suffisait de faire le Tayamoum et de mettre un bandage (serré un tissu sur sa blessure) et d’essuyer dessus (faire le Massah) et puis de laver le reste du corps. »

Bien que ce Hadith soit un peu faible, les principes du dogme et de la sharia islamique prouvent qu’il est permis de faire le Massah sur les plâtres et bandages. Les ulémas se sont mis d’accord sur ce point en se basant sur le fait que si on demande quelque chose à une personne il faut qu’elle soit capable de le faire. Comme Dieu le dit dans le saint Qur'an :

« Allah n'impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité. »

Sourate Al baqarah, verset 286

Donc s’il est capable de le faire, on peut lui demander sinon on ne peut pas. Et comme celui qui a une fracture ne peut pas enlever le pansement sans se faire mal et puisque la sharia nous demande de nous traiter, alors elle nous donne la permission de garder le bandage d’où la nécessité du Massah.

 

Conditions du Massah

Le Massah peut remplacer le Woudou’ sous conditions :

1 Le besoin (Hajat), par exemple être sur qu’il y a une fracture.

2 Il est limité à la partie strictement nécessaire du plâtre/bandage y compris ce qu’il faut pour bien tenir en place puisque cela est indispensable. Le bandage ne recouvre donc pas seulement la blessure, mais recouvre aussi une partie du corps qui est saine. Tout ce qui est en plus de ce qui vient d’être cité doit être enlevé, on demande donc de refaire le pansement à condition que cela ne cause pas de mal à la personne.

Au cas où cela pourrait constituer un risque pour la santé de la personne et ou retarder son rétablissement, il y a un désaccord entre les ulémas.

Ils ont plusieurs avis dont :

Laisser le pansement tel quel, le médecin portera le péché (pour la partie non nécessaire qu'il a bandé ou plâtré .

Laisser le pansement tel quel et il n’y a pas de problème.

Laisser le pansement tel quel, mais il devra refaire la prière quand il l’enlève.

Ce sont les avis des hommes de science. Le plus plausible semblerait être le deuxième avis parce qu’une fois que le plâtre/bandage a été mis, même si il y une partie en plus qu’il ne le faut, elle devient un besoin et on peut faire le Massah dessus.

Cela est basé sur les principes connus suivant :

Les actes dépendent des intentions - La sureté ne s’enlève pas par le doute - Il faut toujours soigner le mal - La difficulté entraîne la facilité (exemple quand on est souffrant et incapable de prier debout, la sharia nous permet de prier assis) Ce sont des principes de la sharia.

Dans le dernier principe, on trouve aussi des branches dont : Les besoins (hajat) permettent les interdits.

Ainsi que des niveaux dans chaque branche comme : Ce qui a été permis pour une nécessité se fera juger suivant l’importance de cette nécessité (la personne sera jugée sur, par exemple, si elle avait réellement besoin ou non de s’asseoir pour prier)

En se basant sur tout ce que l’on vient de dire :

Dieu a facilité le fait de cacher/soigner (recouvrir la fracture/blessure) et de faire le Massah sur cette dernière et de limiter cela sur la période nécessaire au bon rétablissement.

 

Massah en cas de Junub

Même en cas de « hadath akbar », il est possible de faire le Massah. En cas de Junub, il n’est donc pas obligatoire d’enlever le bandage, car ce qui s’applique au « hadath asghar » s’applique sur le « hadath akbar » jusqu’à ce que le bandage soit enlevé.

Mais la période de validité se limite à la période décidée par les experts (docteurs). Et si cette condition n’est pas respectée, nous n’avons pas le droit de faire le Massah (pour une durée plus longue que celle décidée par les docteurs). Et si le bandage est mis en état de pureté, il faudra essayer de faire le Woudou’ avant de mettre le bandage. Si il n’est pas possible de faire le Woudou’, on fera le Masah.

 

La loi de la durée : quand commence t-elle et quand finit-elle ?

Celui qui fait le Massah en voyage puis devient résident, ou le contraire, ou celui qui doute du moment où son Massah a commencé applique la loi du résident. On sait que la durée du Massah pour le résident est de 24 heures et 72 heures pour le voyageur.

Par exemple, une personne a voyagé un jour et devient résidente continue t-elle les deux autres jours de Massah ? Applique t-on la loi du départ ou celle de l’arrivée ? Dans tous les cas, on revient à la période de sureté, les 24 heures s’appliquent et sont acquis tandis que les autres non, alors on les laisse. C’est l’avis de Shaféi et Hanbal.

Tandis qu’Hanafi dit que si on arrive d’un voyage et que l'on devient résident on continue le Massah du voyageur.

La plus plausible est de 24 heures car quand on doute d’une permission (ghursa) – la loi qui concerne la permission- on revient à l’origine de cette loi (ici 24 heures).

Surtout que le Woudou’, fait partie des « chourout sahat asAs-salât » sans lesquelles une prière est invalide, il vaut donc mieux être le plus sûr possible.

 

Le Massah sur le bandage

Quelle différence entre le bandage et les khouffs ?

Le Massah sur bandage doit être fait sur toute la surface bandée. Et non pas essuyer un tout petit peu sur le haut comme pour le khouff. Cela est basé sur le principe que la permission du Massah prend sa loi de l’original (c-à-d, à laver tout le membre) sauf exception de la sharia.

 

Qu’est-ce qui annule le Massah ?

Si une partie qui était cachée par le plâtre (partie du corps qui se fait dans fard al Woudou’) s’est cassée alors le Massah ne compte plus. Si une partie qui était cachée devient visible, la loi veut que cette partie se fasse laver, une autre loi veut que les actes se fassent à la suite (pas une heure ou un quart d’heure après ) or étant donné que le lavage de cette partie ne se fait pas à la suite du Woudou’ fait précédemment alors le Woudou’ est à refaire.

Exemples :

 

Deuxieme partie

Si une personne se fracture l'un de ses membres, elle devra mettre un plâtre après avoir fait son Woudou''. Par la suite, quand elle perdra son Woudou'' , ou si elle a mis le plâtre sans faire le Woudou'' avant, elle fera le Massah sur le plâtre, car le prophète, , a ordonné à Ali de faire le Massah sur les plâtres, et aussi parce qu'il y a une difficulté à enlever le plâtre d'où l'autorisation du Massah.

 

Faut-il faire le Massah sur tout le plâtre ou sur une partie?

Il y a deux points de vue:

1/ Il faut faire le Massah sur tout le plâtre

Pourquoi? Parce que c'est un Massah qui a été permis par nécessité, on lui appliquera donc la même loi que celle du Tayammoum. (Pendant le Tayammoum, qui a été permis par nécessité, on passe sa main sur tout le bras)

2/ Il faut faire le Massah sur une partie du plâtre

Comme le Massah n'est pas effectué directement sur le membre, le jugement se rapproche du Massah sur les khouffs, alors on appliquera la loi du Massah sur les khouffs.

 

Faut-il faire le Tayammoum en même temps que le Massah?

Il y a aussi deux points de vue:

1/ Auparavant l'imam Shaféi disait qu'il ne fallait pas faire le Tayammoum, puisqu'on ne fait pas le Tayammoum sur les khouffs.

2/ Par la suite, dans son livre "al Oumm", Shaféi a dit qu'il faut faire le Tayammoum. Il s'est basé sur le Hadith de Jâbir Ibn `Abdillâhqui dit qu'un homme a été blessé par un caillou à la tête, puis qu'il a perdu sa pureté alors il a demandé à ses compagnons si il pouvait faire le Tayammoum, mais ils lui ont répondu que non puisqu'il avait de l'eau, l'homme s'est lavé et en est mort. Alors le prophète, a dit qu'il lui aurait suffit de faire le Tayammoum, de mettre un bandage sur sa tête, d'y faire le Massah et puis de laver le reste de son corps. Ainsi, le cas de celui qui a une fracture est identique à celui qui s'est blessé, car il ne peut pas se laver le membre pour ne pas aggraver son mal et ou porter atteinte à sa vie. Et il ressemble également à celui qui a mis les khouffs parce que dans le Hadith que nous venons de voir la fracture à la tête constitue un danger de mort, tandis que si elle se situe par exemple sur la main, elle n'est plus un danger de mort, mais la difficulté ici repose plutôt sur le fait d'enlever le plâtre, or ce cas est identique à celui qui ne veut pas enlever les khouffs. Cela signifie que celui qui a un plâtre ressemble aux deux cas. Il rassemble donc les deux lois, le Massah et le Tayammoum.

Et quand il guérira, enlèvera son plâtre et pourra se laver, mais si il avait mis le plâtre sans Woudou', il devra refaire ses prières.

Si il avait mis le plâtre avec Woudou', il y a deux avis:

1 Il est comme celui qui fait le Massah sur les khouffs, il ne refait donc pas ses prières.

2 Il refait ses prières, car la loi qui s'applique sur lui est identique à celle qu'on applique pour celui qui aurait oublié de faire le lavage de l'un de ses membres.

Wa Allahou alam!

Que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur le prophète Mohammad, celui qui a tenu sa promesse, le confident. Ô Allah nous ne savons que ce que Tu nous as appris, c’est Toi qui détiens la science. Ô Allah apprend nous ce qui nous apportera du bien et fais nous profiter du bien de ce que Tu nous as appris et augmente nos connaissances. Et embelli le bien à nos yeux et aide nous à le suivre. Et enlaidi le mal à nos yeux et aide nous à nous en détourner. Et mets nous parmi ceux qui écoutent la parole et suivent les meilleures d’entre elles. Et fais de nous tes bons adorateurs par Ta miséricorde.

Gloire à Toi Seigneur, que Tes louanges soient célébrées, j'atteste qu'il n'y a de divinité que Toi, j'implore Ton pardon et je reviens vers Toi repentante.

print