Au nom d’Allah le Clément, le Miséricordieux, Louanges à Allah.

 

Le repentir et la demande du Pardon

 

Dieu a créé l'homme et l'a doté d'instincts : l'amour de cette vie éphémère, l'espoir d'une longue vie, le désir d'amasser les richesses, le désir des femmes, la colère, un penchant pour la destruction et la vengeance. Dieu a donné pouvoir à Satan qui embellit les turpitudes à l'homme et lui rend aimables les péchés. Dieu a mis en l'homme une âme qui lui ordonne le mauvais, qui désire l'interdit et qui soutient Satan contre lui. Il en résulte de tout cela des désobéissances et des péchés.
Que doit-t-il faire pour échapper au châtiment de la désobéissance et des retombées des péchés ?
De par Sa clémence. Dieu lui a ouvert la porte du repentir. Il lui a dit : tu peux effacer de ton registre tout péché que tu as accompli. Et même plus, je peux t'inscrire une bonne œuvre à la place du péché accompli. Comme le commerçant qui ayant au préalable inscrit dans son cahier que tu lui devais cent dinars, non seulement il les efface mais inscrit qu'il a une dette envers toi de cent dinars.
Le Très Haut a dit :

"A moins qu'il ne se repente, et croie, et fasse œuvre bonne - car à ceux-là Dieu changera leurs maux en biens, tandis que Dieu demeure pardonneur, miséricordieux" (V.70/S.25).

La porte du repentir est ouverte tant que l'individu est sain. S'il se repent véritablement, son repentir est accepté. La porte ne se ferme qu'à l'heure de l'agonie, l'heure où l'Esprit atteint la gorge, l'heure où l'individu affronte la vérité et voit clairement ce dont le prophète l'a informé. A ce moment, son repentir coule de source car le repentir est le retour volontaire à Dieu alors que là, il se repent de force. La reconnaissance ne lui est d'aucun secours car il n'a plus le choix.
Le Très Haut a dit :

"Allah accueille seulement le repentir de ceux qui font le mal par ignorance et qui aussitôt se repentent. Voilà ceux de qui Allah accueille le repentir. Et Allah est Omniscient et Sage.
Mais l'absolution n'est point destinée à ceux qui font de mauvaises actions jusqu'au moment où la mort se présente à l'un d'eux, et qui s'écrie : “Certes, je me repens maintenant” - non plus pour ceux qui meurent mécréants. Et c'est pour eux que Nous avons préparé un châtiment douloureux."
(V.17-18/S.4).

La condition première du repentir est le renoncement à la malfaisance et l'engagement ferme de ne pas récidiver.
En marchant dans la rue, un homme ouvre sa fenêtre et verse sur toi une eau sale. Après lui avoir adressé des reproches, il t'a présenté ses excuses tout en continuant à te verser de l'eau ou il a arrêté mais il t'a promis de recommencer le lendemain. Accepterais-tu ses excuses ?
Le repentir possède une âme et un corps. Son âme est le ressentiment de la laideur du péché, son corps en est le renoncement. C'est comparable à un piéton qui voit une pancarte lui indiquant que ce n'est pas son chemin. Il comprend son erreur, ce sentiment est la base car s'il n'y avait pas la reconnaissance de l'erreur, il n'y aurait pas la guidance vers la vérité. Mais s'il se satisfait de cette reconnaissance de l'erreur, sans en tirer de conclusion et qu'il poursuit son mauvais chemin, sa connaissance ne lui aurait servi à rien. Au contraire son péché est plus grand et sa conséquence plus lourde. Celui qui dévie par ignorance a une certaine excuse mais celui qui connaît le chemin et en dévie délibérément, n'en a aucunes).
La deuxième condition du repentir est de remplacer la malfaisance par la bienfaisance, et la construction à la place de la corruption. Autrement dit, réaliser le repentir en changeant l'action et en corrigeant le comportement.

"Votre Seigneur S'est prescrit à Lui-même la miséricorde. Oui, quiconque d'entre vous fait mal, par ignorance, qui se repent ensuite et se réforme... alors oui. Dieu est pardonneur, miséricordieux" (V.54/S.6).

"Puis quiconque se repent après son manquement et se réforme, alors, oui. Dieu accepte son repentir. Vraiment, Dieu est pardonneur, miséricordieux /"(V39/S.5).

"Excepté ceux qui par la suite se repentiront et se réformeront ; alors Dieu est certes pardonneur, miséricordieux" (V.89/S.3).

"Sauf ceux qui se sont repentis et corrigés et déclarés ; d'eux alors Je reçois le repentir. Et Je suis, Moi, l'accueillant au repentir, le miséricordieux" (V. 160/S.2).

La réforme est de renoncer sincèrement aux péchés et de prendre la décision ferme de ne pas récidiver. Si tu as pris un engagement véridique puis ton âme t'a vaincu ou les circonstances t'ont emporté et que tu as récidivé, puis si tu t'es repenti, ton repentir est accepté, même si le retour au péché se multiplie et le repentir aussi.
Mais si initialement ta décision est entachée d'hésitation et que tu t'es dis : si mon désir devient fort, je récidiverai et je me repentirai, ton repentir n'est ni véridique, ni accepté.
En ce qui concerne le repentir d'un manquement aux devoirs à l'égard de Dieu, il suffit de renoncer au péché avec regret et de décider véritablement de ne pas y revenir. Quant aux droits des hommes, si tu as commis une injustice à l'égard de quelqu'un, abusé de ses biens, blessé son corps ou son honneur, témoigné en faux contre lui, médis à son sujet, calomnié, ou répandu de mauvaises rumeurs à son encontre, il faut pour ces cas et leurs semblables, que tu lui rendes son droit ou qu'il te pardonne ou que Dieu t'accorde Sa miséricorde et le rend satisfait de toi. Sinon ton repentir ne sera pas accepté et le jour du Jugement, le lésé prendra de tes bonnes œuvres ou t'en feras porter de ses mauvaises.
La porte du repentir est ouverte même si la quantité des péchés est grande. Personne ne doit désespérer du pardon de Dieu. Le désespoir du pardon de Dieu est le plus grand péché.

"Dis : "O Mes esclaves qui vous êtes/dits outranciers contre vous-mêmes, ne désespérez pas de la miséricorde de Dieu. Oui, Dieu pardonne tous les péchés, - oui, c'est Lui le pardonneur, le miséricordieux" (V.53/S.39).

Le repentir est le renoncement au mauvais et le retour vers le bon. Al-Istighfar est la demande du pardon auprès de Dieu et la législation l'a ordonnée et y a insisté.

" De la terre Il vous a créé, et Il vous l'a fait peupler (et exploiter). Implorez donc Son pardon, puis repentez-vous à Lui. Mon Seigneur est bien proche et Il répond toujours (aux appels)”." (V.61/S.11).

"Et implorez pardon de votre Seigneur ; et repentez-vous à Lui."

"Mon Seigneur est vraiment miséricordieux, aimant" (V.93/S.11 ).
"O mon peuple, implorer pardon de votre Seigneur, puis repentez-vous à Lui…"(V.52/S.11).

Chaque Envoyé de Dieu a tenu ces mêmes propos à sa communauté pour la guider vers le chemin du pardon de Dieu et la sauver de Son châtiment.
Les pécheurs sont de différentes catégories. Ceux qui sont morts attachés à leur mécréance, ils n'ont pas d'espoir au pardon :

"Non, Dieu ne pardonne pas que Lui soient donnés des Associés " (V.116/S4).

Les associateurs sont plus mécréants que les gens du livre, mais tous sont égaux au jugement de ce verset. A celui qui meurt mécréant il ne doit pas être dit : "Que Dieu lui accorde Sa miséricorde" ni "Que Dieu lui pardonne", "le pardonné tel....". Les pécheurs parmi les musulmans qui sont morts sans se repentir, leur affaire est dans la main de Dieu, S'il veut. II leur pardonnera.

"Non, Dieu ne pardonne pas que Lui soient donnés des Associés ; en deçà. II pardonne à qui II veut" (V. 116/S.4).

S'il veut. II les châtiera, mais ils ne resteront pas éternellement en Enfer. Que personne ne sous estime le châtiment de l'Enfer.
Dans cette vie, le feu est un bienfait, mais personne ne peut le supporter quelques minutes. Comment pouvons-nous être exposés au feu de la Géhenne durant des décennies ?
Dieu, par Sa grâce, accepte le repentir aux repentants, c'est le cas de celui qui se repent après le péché. Quant à celui qui se repent, qui se ressaisit et que la crainte de Dieu le rejoint avant d'accomplir le péché, y renonce malgré son désir et son grand penchant, il aura la meilleure récompense. Il est comparable à celui que Satan a voulu glisser et pousser à l'adultère, une fois les conditions réunies, il s'est rappelé Dieu, puis s'en est détourné alors qu'il porte encore en lui son désir et que son âme y penche. Qui en est capable, sauf celui à qui Dieu a donné une force de Sa part ? Que personne n'en fasse l'expérience, sinon il est à comparer à celui qui consomme les microbes d'une maladie dangereuse. S'il y échappe, il aura acquis une immunité supérieure à celui qui n'a pas été touché par la maladie. Mais la probabilité d'avoir l'immunité est de un pour cent (1 %) et celle de la mort est de quatre vingt dix neuf pour cent (99%). Ceci pour une maladie du corps, alors que le renoncement au péché ne donne pas une immunité contre le fait de récidiver. Que celui qui veut échapper au mal, s'en éloigne, et qu'il coupe court à ses causes, qu'il bloque le chemin qui y mène, et s'éloigne de ceux qui l'y incitent et qui l'y invitent. Le compagnon est entraînant, et l'individu suit l'idéologie de son ami. Ils ont dit : "Dis moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es".
Que les nouvelles générations soient attentives à cela, et qu'elles implorent Dieu pour Son soutien.

Que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur le prophète Mohammad, celui qui a tenu sa promesse, le confident. Ô Allah nous ne savons que ce que Tu nous as appris, c’est Toi qui détiens la science. Ô Allah apprend nous ce qui nous apportera du bien et fais nous profiter du bien de ce que Tu nous as appris et augmente nos connaissances. Et embelli le bien à nos yeux et aide nous à le suivre. Et enlaidi le mal à nos yeux et aide nous à nous en détourner. Et mets nous parmi ceux qui écoutent la parole et suivent les meilleures d’entre elles. Et fais de nous tes bons adorateurs par Ta miséricorde.

Gloire à Toi Seigneur, que Tes louanges soient célébrées, j'atteste qu'il n'y a de divinité que Toi, j'implore Ton pardon et je reviens vers Toi repentante.

print