Au nom d’Allah le Clément, le Miséricordieux, Louanges à Allah.

 

Le jardin des saint serviteurs :

1 La sincérité et la présence de l’intention

 

allah a dit :

« On ne leur avait pourtant ordonner que d’adorer Dieu, de Lui consacrer à Lui seul toute dévotion, loin de tout associationnisme idolâtre, de pratiquer correctement la prière et de donner l’aumône légale.»

Sourate 98 verset 48

«Jamais ne parviendra à Dieu leur viande ni leur sang, mais ce qui Lui parvient de votre part c’est la piété.»

Sourate 78, verset 37, parlant des offrandes qu’on sacrifie à Dieu

 

« Dis : Que vous cachiez ce qui est dans vos poitrines (for intérieur) ou que vous le montriez, Dieu le sait »

Sourate 3, verset 29

Quand au Ahâdith, nous en citons les suivants:

1- Le calife ‘Omar a dit : J’ai entendu le Messager de Dieu dire :

« Les actions ne valent que par les intentions et chacun n’a pour lui que ce qu’il a eu réellement l’intention de faire. Celui qui s’est exilé par amour pour Dieu et de son messager, son exile est pour Dieu et son messager. Celui qui s’est exilé pour parvenir à des biens de ce bas monde ou pour épouser une femme, son exile est pour la raison qui l’y a poussé. »

( Boukhâri Mouslim)

2 - La mère des croyante, ‘Aisha a dit : le Messager de Dieu a dit « Une armée se mettra en marche ( à la fin des temps ) pour détruire la Kaaba. Quand elle sera dans une zone désertique, la terre les engloutira tous, du premier jusqu’au dernier. Elle ajouta « J’ai dit : O Messager de Dieu ! Comment seront-ils engloutis du premier au dernier alors qu’il y aura parmi eux leurs subordonnés (qui sont astreints à les suivre) ainsi que des étrangers à eux ? » Il dit « Ils seront engloutis du premier au dernier puis ressusciteront chacun selon sa propre intention »

( Boukhâri Mouslim)

3 - 'Aïsha a rapporté ce Hadith :

« Plus d’exil après la libération de ma Mecque ; mais il n’y a plus dorénavant qu’une sortie pour la guerre sainte ou pour toute autre bonne intention. Quand on vous appelle au combat, répondez-y. »

(Hadith authentique)

Cela veut dire qu’on ne s’exile plus de la Mecque car elle est désormais terre d’Islam.

4 - Jaber Ibn ‘Abdullah Al Ansari a dit :

« Nous étions avec le Prophète à l’expédition de Tabouk lorsqu’il dit « Il y a certainement à Médine des hommes qui, dans toute marche que vous faites et dans toute la vallée que vous traversez, sont avec vous : ce sont ceux qui y ont été retenus par la maladie »

Dans une autre version :

"Ils partagent avec vous le salaire de vos œuvres"

(Rapporté par Moslem)

Et Boukhari à partir de Anas qui a dit :

« Nous étions avec le Prophète , de retour de l’expédition de Tabouk, quand il dit « Des gens derriere nous à Medine, il n’est pas un sentier de montagne ou de vallée qu’on parcourt sans qu’ils n’y soient avec nous. »

5 - Abou Yazid Ma’n Ibn yazid Al Akhnas , tous les trois Compagnons du Prophète , a dit :

« Mon père Yazid avait sorti quelque dinars pour en faire aumône. Il les plaça chez un homme de la mosquée. Je vins alors les prendre et je suis allé avec les dinars vers mon père. » Il dit : « Par Dieu, ce n’est pas à toi que je les destinais. » Je me plaignais auprès du Messager de Dieu qui dit : « Toi, Yazid, tu as eu le salaire de ce que tu avais l’intention de faire, et toi, Ma’n, tu n’as pris que ce qui te recevait de plein droit. »

(Al Boukhari)

6 - Da’d Ibn Abi Waqqas , l’un des dix qui à qui le Prophète a annoncé qu’ils iraient au Paradis, a dit :

« Le Messager de Dieu vint me rendre visite alors que j’étais gravement malade dans l’année du pèlerinage d’adieu. Je lui dis : «O Messager de Dieu ! Ma maladie a atteint le degré que tu vois cependant que j’ai de l’argent et n’ai qu’une fille pour m’hériter. Puis-je faire aumône des deux tiers de ma fortune ? » Il dit : « Non » Je dis : «Et un tiers ? O Messager de Dieu ! » Il dit : «Du tiers et le tiers est déjà beaucoup. Il vaut mieux que tu laisses tes héritiers riches plutôt que les laisser à la charge des autres, tendant la main aux gens. Jamais tu ne feras une dépense désirant par elle le Visage de Dieu sans que tu en aies la récompense, même par simple bouchée que tu mets dans la bouche de ta femme.» Je dis : « O Messager de Dieu ! Est- ce que Dieu va me laisser à la Mecque après le départ de ces compagnons (à Médine) ? » Il dit : « Aussi longtemps que tu y seras laisser et que tu y feras une action où tu ne désireras que le Visage de Dieu, cela t’élèvera d’un degré. Puis qui sait si tu ne seras pas laissé à la Mecque pour que ta présence y soit un bien pour certains et un mal pour d’autres ? Seigneur Dieu ! Mais celui qui est à plaindre c’est Sa’d Ibn Khawla. » Le Messager de Dieu compatit ainsi à son infortune et lui implora la miséricorde Dieu pour son décès à la Mecque (plutôt qu’à Médine).

(Unanimement reconnu authentique)